SUCCÈS MONSTRE

Inch Magazine

SUCCÈS MONSTRE

GO RUN FOR FUN S’IMPLANTE DE MANIÈRE PERMANENTE EN AMÉRIQUE
7
min
2016

INEOS a l’habitude de soutenir les gagnants. Et sa campagne GO Run For Fun ne déroge pas à la règle

UNE CAMPAGNE mondiale pour faire bouger et courir les enfants s’est implantée de manière permanente en Amérique.

La réaction face aux événements d’inauguration de GO Run For Fun au Texas l’année dernière a été si positive que l’organisation basée au Royaume-Uni a constitué une équipe spécialisée pour accueillir les courses aux États-Unis.

Cette année, l’équipe américaine espère persuader 10 000 enfants issus de 17 écoles différentes de participer à l’une des 34 courses dans la région de Houston.

« C’est notre objectif mais on pourrait facilement atteindre 20 000 participants cette année car la demande est présente », a déclaré Kathryn Shuler, Responsable des relations communautaires et des projets spéciaux chez INEOS Olefins & Polymers USA. « Mais il s’agit de notre première année officielle et nous devons veiller à pouvoir offrir le programme de grande qualité auquel tout le monde s’attend de la part de GO Run For Fun. »

L’équipe américaine sera également chargée d’amener la campagne à Chicago, à proximité des sites d’INEOS Styrolution et Technologies.

Près d’un lycéen sur cinq au Texas est désormais considéré comme étant en surpoids. Mais GO Run For Fun contribue déjà à régler le problème.

Karla Klyng, la directrice adjointe de l’école primaire Alvin à Alvin, Texas, a déclaré à INEOS que 155 enfants, au lieu des 65 attendus, avaient participé à son club de course extrascolaire Mighty Milers après avoir pris part à un événement GO Run For Fun l’année d’avant.

« Les enfants ont hâte de participer de nouveau à GO Run For Fun cette année », a-t-elle ajouté.

La Fondation GO Run For Fun a été créée au Royaume-Uni par le président d’INEOS, Jim Ratcliffe, lui-même passionné de course à pied, qui souhaitait encourager les enfants à courir pour le plaisir, tout en retrouvant la forme.

La ferveur a déjà réussi à gagner le Royaume-Uni et le continent européen où des milliers d’enfants ont participé à l’une des centaines de courses sur courte distance. Et maintenant, l’Amérique, qui est consciente d’avoir un problème de poids, suit ses traces.

« Désormais, les fast-food mentionnent la teneur en calories des éléments de leurs menus, et le gouvernement se soucie du fait que les enfants doivent pratiquer 60 minutes d’exercice physique par jour », a indiqué Kathryn.

Mais la nourriture n’est pas le seul problème à peser lourdement dans l’esprit des professeurs d’EPS aux États-Unis.

« Selon eux, les jeux vidéo sont aussi une dangereuse distraction pour les enfants », a ajouté Kathryn.

Mary Meyer, professeur d’EPS à l’école primaire Longfellow d’Alvin, au Texas, a déclaré à INEOS : « Les enfants sont si habitués à jouer aux jeux vidéo que lorsqu’ils sortent pour la récréation, ils se contentent de rester assis. Ils ne savent même plus courir et jouer.»

Mais les équipes à l’origine de ce qui est devenu la plus grande initiative au monde de course pour enfants estiment que quand on veut, on peut.

La campagne américaine a déjà conquis une armée de supporteurs charismatiques, dont le champion du 1000 mètres Bernard Lagat, le sprinter olympique Wallace Spearmon et l’astronaute Mario Runco qui a participé à trois missions dans l’espace pendant les années quatre-vingt-dix.

L’année dernière, Wallace Spearmon, qui est actuellement le septième coureur le plus rapide au monde, a pris part à plusieurs événements GO Run For Fun au Texas. Il a raconté aux enfants comment il avait échoué deux fois dans sa tentative d’obtenir une place dans l’équipe d’athlétisme de son lycée. « C’est uniquement grâce aux encouragements de mon père que je me suis accroché à la course et que j’ai continué à m’entraîner », a-t-il confié. « Ça a été difficile, mais j’ai travaillé.»

Il a fini par gagner sa place dans l’équipe olympique des États-Unis.

Pour veiller au succès à long terme de la campagne américaine GO Run For Fun, cette dernière a également créé une fondation de bienfaisance.

La principale initiative de la Fondation ICAN d’INEOS, une organisation bénévole pour la forme physique et la sensibilisation de la communauté, sera GO Run For Fun. Mais la Fondation s’appuiera également sur le tournoi de golf annuel organisé par les employés d’INEOS Olefins & Polymers USA pour collecter des fonds et accorder des subventions aux écoles pour qu’elles étendent l’enseignement des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques à leurs salles de classe.

La Fondation Houston Marathon est déjà l’un de ses supporteurs officiels, aux côtés de l’équipe de foot féminine professionnelle de Houston, les Dash de Houston, qui a envoyé jusque là des ambassadrices charismatiques aux événements de ce printemps.

« Nous pouvons ainsi montrer aux enfants que la course est non seulement une activité gratuite et amusante à elle seule, mais qu’elle fait aussi partie intégrante de nombreux sports formidables », a indiqué Kathryn. Un grand nombre de parents sont aussi enthousiastes à l’idée d’aider la campagne.

« Malheureusement, certaines de nos écoles ciblesn’ont pas autant de parents volontaires que d’autres », a ajouté Kathryn. « Et un bon nombre d’entre elles se trouvent dans des zones où les parents ont plus d’un emploi pour joindre les deux bouts. Mais il est extrêmement important de faire comprendre à tous les parents qu’il faut promouvoir de bonnes habitudes sur le plan physique dans ces zones.»

Pour aider à faire passer le message sur les bienfaits de la course et de l’exercice physique sur le corps et l’esprit, INEOS imprimera des dépliants d’information en anglais et en espagnol.

Les événements prendront place dans 17 écoles primaires publiques dans les districts scolaires d’Alvin, de Clear Lake et de La Porte cette année, 9 jours de course ayant déjà eu lieu dans le district scolaire d’Alvin en avril dernier.

Mais INEOS se tourne déjà vers l’avenir, et a à coeur d’attirer 15 000 enfants d’ici 2017 et 20 000 enfants d’ici 2018. Et avec une équipe aussi passionnée que la sienne, cela devrait être facilement réalisable.

« Je suis enchanté de pouvoir contribuer à motiver des enfants à être plus actifs sur le plan physique », a déclaré Dennis Seith, PDG d’INEOS Olefins & Polymers USA. « Des enfants actifs et en bonne santé ont tendance à être plus engagés, et à mieux réussir à l’école », a-t-il ajouté. « Pratiquer des activités sportives leur enseigne également les valeurs du travail d’équipe, de la responsabilité, du fair-play et du dépassement de soi.»

Bernard Lagat, ambassadeur de GO Run For Fun, est du même avis. « La course m’a offert la chance inouïe de voyager à travers le monde », a-t-il déclaré. « Mais cette campagne est plus qu’une simple course pour le plaisir. Elle enseigne aux enfants l’importance de vivre sainement.» 

Video

GRFF - TEXAS

00:00
More from INCH Magazine
P10 A world first.jpg

UNE PREMIÈRE MONDIALE POUR INEOS

On se tourne vers ce qui se fait de mieux. L’Atlantique nord n’est pas un lieu adapté aux peureux. C’est un environnement potentiellement hostile pour tous les bateaux, sans parler de ceux qui transportent de l’éthane liquéfié. INEOS en était consciente et c’est la raison pour laquelle elle s’est tournée vers Evergas, un leader mondial en transport de gaz. En apparence, la mission d’INEOS était simple. Elle avait besoin d’un bateau en mesure de transporter d’énormes quantités de gaz éthane liquéfié à -90 °C sur plus de 1 600 kilomètres à travers un océan profond et froid, en proie à des icebergs, d’épais brouillards, des vagues de 15 mètres et de violentes tempêtes. Il fallait faire preuve de plus d’efficacité que jamais. La solution était tout sauf simple. Mais le résultat s’est traduit par le transporteur de gaz multiples le plus grand, le plus flexible et le plus respectueux de l’environnement jamais construit. « Il n’existe aucun autre navire de la sorte dans le monde », a affirmé Hans Weverbergh, directeur des opérations au sein de la compagnie maritime danoise Evergas. « Il n’existait aucun navire possédant de réservoirs pressurisés à même de transporter cette quantité d’éthane. C’était quelque chose qui n’avait jamais été réalisé auparavant. » Le gaz naturel liquéfié est transporté par bateau dans le monde entier depuis des décennies. Mais avec l’éthane, c’est une autre paire de manches. Jusque-là, il n’avait parcouru que de courtes distances à bord de petits navires. Traverser l’Atlantique demanderait de bien plus gros bateaux. D’autres sociétés pensaient que cela n’était tout simplement pas viable. Mais INEOS y a vu un débouché et avait un projet en tête pour le réaliser. « Ces navires sont vraiment uniques », a indiqué Steffen Jacobsen, PDG d’Evergas, qui travaille dans l’industrie des transports maritimes depuis 35 ans. « Personne n’a jamais tenté de transporter de l’éthane par bateau dans ces quantités et sur cette distance auparavant. Pour y parvenir, nous avons dû inventer des méthodes de travail totalement innovantes. » INEOS souhaitait que les navires « Dragon Ships » soient en mesure d’être alimentés par la cargaison qu’ils transportaient. Pour cela, elle s’adressa à la société finlandaise Wärtsilä, qui établit une nouvelle norme en matière de flexibilité du carburant. Elle conçut des moteurs bicarburant en mesure de passer sans heurt du gaz naturel liquéfié, à l’éthane, au gasoil ou au fuel lourd sans aucune perte de puissance. « C’était une avancée technologique », a déclaré Timo Koponen, vice-président des solut