LA F1 DE RETOUR SUR LES CIRCUITS

Inch Magazine

LA F1 DE RETOUR SUR LES CIRCUITS

Lancement d'INEOS hygienics au grand prix de grande-bretagne la f1 de retour sur les circuits
2
min
2020

La Formule 1 est de retour sur le bitume. Et la meilleure écurie de F1 au monde, Mercedes-AMG Petronas, a entamé la saison comme elle compte la finir : en première position. 

Valtteri Bottas a remporté la première course lors du Grand Prix d'Autriche, tandis que son coéquipier Lewis Hamilton, après avoir manqué de peu le podium en Autriche, s'est imposé dès le second Grand Prix de la saison. Depuis, les deux pilotes continuent de dominer les circuits.

Pour la saison de F1 2020, leurs bolides arborent un nouveau coloris, marquant l'engagement de l'équipe Mercedes contre le racisme et contre la discrimination sous toutes ses formes. Bottas et Hamilton portent aussi une combinaison noire. 

« Nous avons toujours affirmé que le racisme et toute autre forme de discrimination n'ont pas leur place dans notre équipe, ni dans notre société », a déclaré un porte-parole. 

Lors du Grand Prix britannique de Silverstone, un nouveau nom s'est ajouté aux voitures de F1 de l’écurie Mercedes : INEOS Hygienics. 

INEOS, principal partenaire de l'équipe, a en effet profité de l'événement pour annoncer le lancement de sa nouvelle entreprise. 

INEOS Hygienics a été créée en plein cœur de la pandémie de COVID-19 pour fournir du gel désinfectant aux milliers d'hôpitaux qui en avaient désespérément besoin.

Depuis, l'entreprise s'est développée et soutient à présent toutes les équipes d'INEOS : l'élite des sports mécaniques, du cyclisme, de la voile et du football. 

« Nous sommes ravis d'être de retour sur les circuits, et nous le devons aux mesures et protocoles très stricts respectés par tous les acteurs du monde du sport, y compris nos membres d'équipe qui accordent la priorité absolue à l'hygiène », déclare Toto Wolff, chef de l'écurie Mercedes.

« La gamme de désinfectants de grade hospitalier d'INEOS Hygienics nous aide à protéger l'équipe et nous permet de faire le travail nécessaire à l'usine et sur le circuit en toute confiance. » 

Les autres équipes sportive d'élite qui utilisent les produits d'INEOS Hygienics incluent l'équipe de voile de la Coupe de l'Amérique dirigée par Sir Ben Ainslie, l'OGC Nice, et l'équipe du Tour de France de Sir Dave Brailsford, récemment rebaptisée « les INEOS Grenadiers ». 

« L'hygiène est une priorité absolue parce qu'elle nous évite de perdre du temps d'entraînement ou de compétition pour cause de maladie », déclare Dave.

LA NAISSANCE D'UNE NOUVELLE ENTREPRISE : PAGES 32, 33

À gauche : célébration bien méritée lors du Grand Prix d'Espagne à Barcelone. 

Ci-dessous : INEOS Hygienics fait ses débuts, avec un nouveau look pour les voitures et pour l'équipe.

« Nous sommes ravis d'être de retour sur les circuits, et nous le devons aux mesures et protocoles très stricts respectés par tous les acteurs du monde du sport, y compris nos membres d'équipe qui accordent la priorité absolue à l'hygiène » – Toto Wolff, chef de l'équipe de F1 Mercedes-AMG Petronas

More from INCH Magazine
LH_Ineos_0084r.jpg

INEOS garde la tête froide

PERSONNE n'aurait pu prédire qu'un virus paralyserait la planète. Pourtant le monde a subitement changé lorsque l'un après l'autre, les pays sont entrés en confinement pour tenter d’enrayer l'épidémie de COVID-19. Mais certaines choses résistent au changement. Comme la détermination d'INEOS, qui a su garder la tête froide face au problème.  En effet, l'entreprise a fait tout son possible pour soutenir la lutte contre la COVID-19. En construisant des usines en seulement quelques jours pour fabriquer des millions de bouteilles de désinfectant pour les mains, destinées aux milliers d'hôpitaux menacés de pénurie. En créant le Fonds communautaire INEOS pour identifier et soutenir les centaines de petites organisations qui essaient tant bien que mal d’aider les personnes les plus touchées par la pandémie. Ces deux projets sont mis à l'honneur dans cette édition de INCH. Mais INEOS n'a pas non plus oublié son rôle crucial dans la lutte contre le changement climatique. Ce problème n'a pas disparu. Bien au contraire. La crise sanitaire nous a donné à tous un aperçu de ce à quoi la vie pourrait ressembler avec des émissions de dioxyde de carbone réduites. Dans cette édition, Chris Stark, PDG du Comité sur le changement climatique, nous confie qu'il espère bientôt voir les gouvernements du monde entier s'intéresser aux avantages très concrets de l'hydrogène, un gaz qu'INEOS défend et utilise depuis des années dans sesentreprises INOVYN. La pandémie a également souligné l'importance de l'autonomie nationale. Au pic de la crise, l'Europe a dû faire face à une pénurie critique de gel désinfectant pour les mains, le Royaume-Uni, la France et l'Allemagne essayant désespérément d'importer des stocks de Chine et de Turquie. INEOS, qui fabrique les deux ingrédients actifs du gel désinfectant pour les mains, a répondu en lançant une nouvelle entreprise, INEOS Hygienics, créée pour vendre ses produits de grade hospitalier au grand public pour la toute première fois. Et grâce à ces produits, les équipes sportives d'INEOS ont pu repasser à l'action. Mercedes-AMG F1 a commencé la saison comme elle compte la finir : en première position. Mais l'équipe a aussi trouvé le temps d'aider INEOS à lancer sa nouvelle entreprise à Silverstone, circuit qui accueille le Grand Prix britannique. L’équipe INEOS TEAM UK a pu s'entraîner sans risque tout au long de l'été : elle est maintenant en route vers la Nouvelle-Zélande. Les équipes de football d'INEOS sont elles aussi repassé à l'action, l'OGC Nice brillant sur le terrain comme dans les vestiaires après avoir choisi Belstaff comme nouveau partenaire officiel pour ses maillots. Et les membres de l'équipe TEAM INEOS ont été rebaptisés « les INEOS Grenadiers », en l'honneur des efforts qu'ils ont déployés tout au long du Tour du France pour faire connaître le nouveau 4x4 sans compromis d'INEOS. Les nouvelles arrivent toujours toutes en même temps. Et cette année ne déroge pas à la règle. Avec le recul, nous avons fait beaucoup de chemin en 2020. Le voyage n'a certes pas été de tout repos. Mais l'avenir qui s'ouvre à nous est plein d'opportunités, telles que l'acquisition des entreprises pétrochimiques de BP. Et tous ceux qui connaissent INEOS savent que nous saisissons toujours les opportunités qui se présentent. Mercedes AMG Formula 1, en pole position, a lancé INEOS Hygienics à l'occasion du Grand Prix de Grande-Bretagne à Silverstone cet été.

2 min read
Master3.jpg

Le Grenadier – Une star est née

Après de longs mois de trépidation, le Grenadier, robuste 4x4 construit par INEOS, a enfin été dévoilé. C'est une étape très importante pour INEOS Automotive, impatiente de présenter le véhicule au reste du monde. « La plupart des constructeurs auraient encore attendu, mais nous sommes une nouvelle entreprise qui développe une nouvelle marque, et nous voulions que le public participe à l'aventure avec nous », confie le PDG Dirk Heilmann. Il a également expliqué que l'équipe pouvait désormais tester le 4x4 sans recourir à des revêtements de camouflage, des blocs de mousse ou des pièces de carrosserie factices. Au cours des 12 prochains mois, les prototypes parcourront plus de 1,8 millions de kilomètres, pour tester leur résistance et leurs capacités dans toutes les conditions. « Le programme qui nous attend est semé d'embûches, explique Dirk. Mais en révélant le design maintenant, nous pouvons nous consacrer plus librement à cette prochaine phase, qui est très importante. Depuis les prémices du projet, notre philosophie a toujours été la même : privilégier la fonction sur la forme. » La commercialisation du Grenadier est prévue pour fin 2021, et les attentes sont élevées. « Nos clients vivent et travaillent à bord de leurs véhicules, donc ils ont des exigences très précises », ajoute Dirk. † Conception Le Grenadier est le fruit d'un travail de conception plutôt que de design. Ce véhicule pratique, construit pour la performance pure et dure, charme par son caractère bien trempé, de la carrosserie rectangulaire sans fioritures aux charnières visibles, en passant par les phares ronds iconiques. « Nous n'avons pas laissé un seul millimètre carré au hasard », explique Toby Ecuyer, responsable du design.  Portières arrière De tailles différentes (70/30), les deux portières arrière du Grenadier s'ouvrent indépendamment l'une de l'autre. Ce design permet à l'utilisateur de charger et décharger rapidement les petits outils, ou d'ouvrir les deux portières pour un accès maximum. La roue de secours est fixée à la portière arrière du véhicule pour optimiser la superficie disponible. Roues Les roues du Grenadier sont aussi proches des coins du véhicule que possible, le châssis dépassant à peine à l'avant et à l'arrière. Les angles d'approche et de départ offrent ainsi une performance idéale pour la conduite tout-terrain. Pour en savoir plus : www.ineosgrenadier.com COMMENT INEOS A OBTENU LE « THE SHOW ON THE ROAD » APRÈS UN PINT AU PUB C'était l'occasion de placer la barre encore plus haut, défi auquel le fondateur d'INEOS, Sir Jim Ratcliffe, ne pouvait tout simplement pas dire non. Pourquoi l'entreprise INEOS ne pourrait-elle pas construire le successeur, l'héritier spirituel, de l'un des 4x4 les plus iconiques de l'histoire ? Après tout, qu'est-ce qui l'en empêchait ? Lorsque Sir Jim et ses collègues sortirent de ce pub londonien, ils avaient un nouveau rêve en tête. Un rêve qui est maintenant devenu réalité. Au Grenadier, un petit pub niché au cœur de la capitale britannique, on sert l'une des meilleures bières du Yorkshire. C'est un établissement idéalement situé à quelques pas du siège social d'INEOS, où Jim Ratcliffe se rend souvent pour prendre un verre avec ses collègues. Un jour, savourant un demi de bière Timothy Taylor's, le petit groupe se retrouva à déplorer la fin de l'iconique 4x4 Defender de Land Rover. Ce commentaire anodin suffit à lancer l'engrenage, et les associés ressortirent bientôt du pub forts d'un nouveau projet de 600 millions de livres sterling : ils allaient construire le successeur du Defender. Et quel meilleur nom lui donner que celui de l'endroit où l'idée était née ? ... Le Grenadier. C'est donc ainsi qu'ils le baptiseraient. Tony Whitehead, propriétaire du Grenadier depuis plus de 10 ans, est incroyablement fier du rôle que son établissement a joué dans la genèse du robuste 4x4 d'INEOS. « Du fait de sa longue histoire, le pub est déjà célèbre dans le monde entier, explique-t-il. Mais nous sommes particulièrement fiers de figurer dans cette nouvelle page de l'histoire automobile. » L'établissement a ouvert ses portes en 1818, mais à l'époque, il s'appelait le Guardsman. Il a changé de nom plus tard, en hommage à un soldat grenadier assassiné pour avoir triché aux cartes.  Au plafond, on peut voir des billets de 5 £, épinglés par les clients pour payer la dette du soldat. Et parmi ces billets, on peut facilement reconnaître celui qu'a laissé Jim : deux Land Rover Defenders sont dessinés à la main dessus. Au fil des ans, toute une foule de célébrités, dont la star hollywoodienne Burt Reynolds, la chanteuse Miley Cyrus et l'acteur Will Ferrell, sont venus s'abreuver au Grenadier. « Jim est en bonne compagnie », confirme Tony. Mais tout cela s'est passé il y a déjà plus de trois ans. En juillet, le Grenadier, le fameux 4x4 qu'ils rêvaient de construire ce jour-là, a enfin était dévoilé au public. Jim a toujours eu une vision très claire du véhicule qu'il aspirait à créer, et des sensations que le conducteur ressentirait au volant. Tom Crotty, directeur de la communication d'INEOS, se souvient encore du premier coup de téléphone qu'il a reçu au sujet du projet. « J'étais surpris, admet-il. Jim a toujours aimé essayer de nouvelles choses. Mais là, c'était complètement différent. D'un autre côté, étant donné la passion que Jim voue au Defender et à l'industrie manufacturière, j'aurais dû m'y attendre. » Lorsqu'INEOS, une entreprise sans la moindre expérience du secteur automobile, a annoncé sa décision de construire un nouveau véhicule de A à Z, la nouvelle a été accueillie avec scepticisme. « Je suis sûr que les gens s'attendaient à un échec, parce que même pour les experts de l'industrie automobile, lancer une nouvelle voiture de ce type aurait représenté un défi de taille », explique Tom. Alors, une entreprise chimique, n'en parlons pas ! On nous a pris pour des fous. » Loin de se laisser décourager, Tom et son équipe ont invité une poignée d'experts, comptant tous parmi les concepteurs automobiles les plus réputés au monde, à participer à un « concours de beauté ». Les meilleurs d'entre eux furent retenus puis invités à présenter leurs conclusions à Jim. Ces experts avaient une vision très claire des tendances émergentes dans l'industrie automobile. Ils savaient parfaitement ce qui plairait au conducteur moderne. « Cette rencontre s'est plutôt mal passée », avoue Tom. Mais elle a toutefois prouvé à ceux qui en doutaient encore qu'INEOS prenait le projet très au sérieux.  Il fallait que tout soit parfait. Et ce que les experts avaient présenté à Jim ne ressemblait en rien à ce qu'il voulait créer. « Parce que nous faisions nos premiers pas dans le secteur, nous n'étions pas limités par la pensée traditionnelle qui domine l'industrie automobile, explique Tom. Nous ne nous intéressions pas à la navigation par satellite, à la conduite autonome ou aux régulateurs de vitesse. » À la place, Jim a fait appel à un architecte naval qui n'avait encore jamais conçu de voiture. Toby Ecuyer, directeur de la création pour le studio de design britannique RWD, avait déjà travaillé sur le design des yachts de Jim, le Hampshire II et le Sherpa.  Il préfère travailler sur papier, armé d'un crayon et d'une gomme, plutôt que sur ordinateur. Étant lui aussi fan du Land Rover Defender, il comprenait très bien ce qui faisait l'attrait si particulier du légendaire 4x4. « Ce que j'aimais vraiment chez le Defender, c'est qu'il ne s'adressait pas à une classe sociale spécifique, explique-t-il. Et j'aime les gens qui sont comme ça. Les gens qui peuvent prendre le thé avec la Reine le lundi, et retrousser leurs manches pour réparer une clôture le mardi. C'est vraiment l'esprit que le Land Rover Defender incarnait à mes yeux. »  La conception du Grenadier reposait avant tout sur l'ingénierie. La performance était absolument primordiale. « Pour certains aspects, nous avons travaillé en étroite collaboration avec Jim et Sebastian en Allemagne, laissant libre cours à notre créativité, ajoute Toby. Nous imaginions, suggérions et développions les idées. »  « J'ignore combien de designs différents nous avons créés. Mais comme nous ne voulions laisser aucun élément au hasard, nous avons produit plusieurs milliers de dessins. » Tom est convaincu que le Grenadier remportera un franc succès, parce que le 4x4 est né de la passion, du dévouement, de la détermination et de l'extrême attention au détail manifestés par tous les collaborateurs qui ont participé au projet. Toby partage ce sentiment. « Je suis très fier du rôle que j'ai joué dans cette aventure, déclare-t-il. Mais c'est avant tout un projet collectif : des dizaines d'individus talentueux ont fourni un effort herculéen pour lui donner vie. »  Le Projekt Grenadier – comme on l'appelait alors – était dirigé par Dirk Heilmann, ancien directeur de l'ingénierie et de la technologie pour INEOS O&P.  Même s'il n'avait aucune expérience en construction automobile, il avait l'essentiel : la « mentalité INEOS », celle d'une entreprise qui n'a pas peur de défier les conventions.  Mais en qualité de PDG d'INEOS Automotive, il avait toutefois besoin du soutien d'une personne au bagage commercial plus significatif. C'est donc Mark Tennant qui lui a servi de bras droit, apportant son expertise commerciale et son expérience de l'industrie au projet.  « Nous avons tout de suite su que c'était la bonne personne », affirme Tom. Au cours des trois dernières années, ils ont dirigé et motivé une équipe internationale de spécialistes partageant tous la même ambition : construire un 4x4 sans compromis, capable de dominer la route, de franchir des rivières et de conquérir les montagnes. Près de 60 entreprises de pointe ont participé au projet.  Avec plus d'un siècle d'expérience au compteur, l'entreprise d'ingénierie autrichienne Magna Steyr a développé certains des véhicules tout-terrain les plus robustes au monde. Ses ingénieurs ont conçu et construit le système de suspension du Grenadier pour répondre aux besoins de tous ceux qui utilisent leur 4x4 au quotidien pour le travail.  « Nous avons réalisé des tests de fatigue pendant plusieurs centaines d'heures, à l'aide d'une plateforme de test capable de simuler 300 000 km de conduite tout-terrain », explique Mathias Maier, ingénieur en développement. Parce qu'il ne contient aucun composant électrique, le système de suspension du Grenadier est à la fois robuste et facile à entretenir. Pour le perfectionner, l'équipe a disséqué les véhicules tout-terrain les plus réputés au monde, a comparé leurs composants mécaniques, puis a combiné les meilleurs d'entre eux pour créer un système encore plus performant.  Et Carraro, qui construit déjà des 4x4 musclés depuis de nombreuses années, s'est chargé du développement des essieux avant et arrière. Le Grenadier, qui accueillera sous son capot les nouveaux moteurs 3 L essence et diesel de BMW, sera normalement commercialisé l'année prochaine.  « On nous a tellement répété que nous nous étions lancés dans un projet impossible, explique Dirk. Mais personnellement, ce genre de commentaires n'a fait que renforcer ma détermination. » « C'était un projet collectif : des dizaines d'individus talentueux ont fourni un effort herculéen pour lui donner vie »– Toby Ecuyer, responsable du design LE DESIGNER IGNORE PAR SES PROFESSEURS  QUAND Toby Ecuyer a quitté l'école, il n'avait que les commentaires négatifs de ses professeurs pour bagage. « Je ne n'avais pas de bonnes notes à l'école, nous confie-t-il. On m'a dit qu'avec un peu de chance, j'arriverais peut-être à trouver du travail dans une usine, pour emballer des bouteilles de shampooing. » Aujourd'hui, Toby compte non seulement parmi les concepteurs de yacht les plus prestigieux de Grande- Bretagne, mais c'est aussi à lui que l'on doit le design « sans chichi » du Grenadier : c'est son dessin, tracé au crayon sur une simple feuille de papier, qui a inspiré la version finale du 4x4 d'INEOS, alors qu'il n'avait encore jamais conçu de voiture. Lorsque Jim Ratcliffe, fondateur d'INEOS, a rejeté les suggestions des experts automobiles, tous convaincus de savoir à quoi le nouveau 4x4 devrait ressembler, c'est Toby qui a pris la relève. « Bien sûr, j'avais l'habitude de concevoir des yachts, mais finalement, la différence n'était pas aussi énorme qu'on peut le croire », déclare Toby. Ce n'est qu'après avoir quitté l'école et avoir passé un an dans un programme d'apprentissage que son aptitude pour le design a été remarquée. On l'a alors encouragé à poser sa candidature pour un cours préparatoire à l'École des arts et métiers, dans le sud du Devon. C'est là qu'il a révélé son incroyable talent pour le design. « Mon professeur m'a poussé à donner le meilleur de moi-même. Il me répétait sans cesse que j'étais fait pour être architecte. » Armé d'un solide portfolio et du soutien de son professeur, Toby a ensuite été accepté à l'École d'architecture de Plymouth, dirigée par le professeur Adrian Gale. « J'ai été accepté sans autre qualification qu'un certificat en cyclisme et un badge Blue Peter », ajoute-t-il. C'est pendant ses études à Plymouth qu'il a découvert la voile, discipline qu'il a ensuite pratiquée au niveau professionnel en Méditerranée. Lorsqu'il est rentré au Royaume-Uni, il a décroché un poste de designer assistant chez EPR Architects, mais la mer lui manquait. Par chance, il est tombé sur une offre d'emploi dans le magazine Yachting World : on cherchait un designer. L'annonce précisait que les candidats devaient être capables de dessiner, mais n'avaient pas besoin d'expérience préalable. « C'est comme ça qu'ont commencé mes 20 ans de carrière en architecture navale. J'étais dans mon élément. J'aimais le niveau de détail mais aussi l'ampleur du travail de design. Il m'arrivait très souvent de concevoir l'intérieur, l'extérieur, l'ameublement, la quincaillerie, le service de table et les couverts, l'uniforme de l'équipage, et mêmes les bagages et les jeux de société. » Lorsque Jim l'a rencontré, Toby occupait le poste de directeur de la création chez RWD. Jim l'a engagé pour concevoir le design intérieur de son super-yacht, le Hampshire II, et le design intérieur et extérieur du Sherpa. « Je préfère dessiner sur papier parce que le processus est instantané, explique Toby. C'est une projection directe du cerveau sur la page. « Pouvoir s'asseoir avec une personne et transformer l'idée qu'elle à l'esprit en image concrète est une expérience réellement magique. » Farmers’ Army : une armée pour les agriculteurs La division INEOS Automotive ne s'est pas contentée de construire le 4x4 le plus performant du monde. L'équipea aussi aidé les agriculteurs à recruter une « armée de terre » pour récolter des millions de tonnes de fruits et légumes qui menaçaient de pourrir dans les champs.  Dirk Heilmann, PDG d'INEOS Automotive, explique que les agriculteurs britanniques ne s'étaient pas retrouvés en situation aussi critique depuis l'épidémie de fièvre aphteuse. « Ils avaient besoin de 80 000 personnes pour terminer les récoltes à temps », ajoute-t-il.  INEOS a aidé le magazine Farmer's Weekly à créer et promouvoir un nouveau site web de recrutement, permettant aux gens de rechercher des emplois de cueillette et autres rôles agricoles à proximité de chez eux. Les agriculteurs pouvaient publier gratuitement leurs offres d'emploi sur le site web Farmers' Army www.thefarmersarmy.co.uk, en appelant le 020 8652 8638 ou en envoyant un email à recruitment.services@rbi.co.uk   Le Grenadier a été conçu par un designer de renommée internationale, qui préfère travailler au crayon, sur papier.  Architecte qualifié, ancien associé et directeur créatif chez RWD, Toby conçoit et construit des super-yachts créés sur mesure pour une clientèle mondiale, conquise par son extraordinaire attention aux détails.

8 min read
Master8.jpg

du changement dans l'air

INEOS signe un accord pour réduire son empreinte carbone de 1 150 000 tonnes de CO2 à compter de l'année prochaine « Pour INEOS, cet accord marque un jalon important dans le processus de réduction des émissions liées à la consommation d'énergie en Belgique » – John McNally, PDG d'INEOS Project ONE INEOS a signé un accord qui lui permettra de réduire son empreinte carbone en Belgique de plus d'un million de tonnes de CO2. Une telle réduction des émissions équivaut à retirer 100 000 voitures de la circulation chaque année. Gerd Franken, président d'INEOS Olefins & Polymers Europe, a par ailleurs annoncé que l'accord de 10 ans conclu avec le producteur d'énergie ENGIE constituait le plus gros contrat d'achat d'énergie éolienne jamais signé par l'industrie lourde en Belgique. « Ce n'est que le premier de nombreux investissements écologiques que prévoit notre entreprise », ajoute-t-il.  INEOS réaffirme sans cesse son engagement en faveur d'une nouvelle économie circulaire, et c'est pourquoi l'entreprise souhaite aujourd'hui utiliser de l'énergie « verte », au lieu du gaz et du pétrole, pour fabriquer ses produits chimiques. « Cet accord est un pas de plus dans la bonne direction », déclare-t-il. L'électricité renouvelable sera acheminée jusqu'aux sites INEOS depuis le parc éolien offshore d'ENGIE, dans la mer du Nord, à partir du 1er janvier 2021. D'abord utilisée par les sites de production d'INEOS, cette énergie alimentera ensuite le nouveau craqueur et l'usine PDH d'envergure mondiale implantés à Anvers pour produire de l'éthylène et du propylène. John McNally est PDG du projet, élaboré pour assurer la gestion de cet investissement de plus de 5 milliards d'euros. « Pour INEOS, cet accord marque un jalon important dans le processus de réduction des émissions liées à la consommation d'énergie en Belgique », affirme-t-il. Sur le plan énergétique, le nouveau complexe chimique d'INEOS à Anvers sera le plus efficace d'Europe et utilisera toutes les technologies les plus récentes. « Notre unité de déshydrogénation du propane a été conçue avec un niveau d'électrification optimal, ce qui nous permet d'éliminer presque toutes les émissions indirectes en utilisant uniquement de l'électricité verte, explique-t-il. Et dans les mois à venir, nous continuerons d'examiner les options pour étendre encore l'utilisation de l'énergie renouvelable. » Les activités d'INEOS à Anvers sont décrites comme l'investissement le plus significatif des 20 dernières années dans l'industrie chimique d'Europe. INEOS espère maintenant que d'autres entreprises chimiques européennes marcheront dans ses pas et remplaceront les technologies obsolètes par des systèmes consommant moins d'énergie et générant moins d'émissions. Le parc éolien Norther se situe à environ 23 km des côtes belges. Ses 44 turbines peuvent produire jusqu'à 370 MW. 84 MW sont désormais destinés à INEOS. ENGIE est le premier producteur d'énergie verte de Belgique. « Nous sommes fiers d'aider INEOS à atteindre ses objectifs environnementaux en approvisionnant ses sites de Belgique en énergie renouvelable », explique le PDG Philippe van Troeye. Il ajoute : « Cet accord témoigne aussi de l'ambition d'ENGIE, qui s'efforce d'accélérer le développement des énergies renouvelables en Belgique ; nous avons d'ailleurs conclu d'autres contrats de vente directe d'électricité avec plusieurs grandes entreprises au cours des derniers mois. » l Les chiffres Le parc éolien Norther se situe à environ 23 km des côtes belges. Ses 44 turbines peuvent produire jusqu'à 370 MW. INEOS commencera à utiliser cette source d'énergie en janvier 2021.  L'accord permettra de réduire les émissions de CO2 de plus d'un million de tonnes sur 10 ans, soit l'équivalent de 100 000 voitures retirées de la circulation chaque année. 

2 min read
zhuhai PTA Silos.jpg

Acquisition d'entreprises BP par INEOS

INEOS s'apprête à acheter plusieurs des activités dont BP ne veut plus. Cette fois-ci, INEOS s'est intéressé aux divisions Aromatiques et Acétyles de BP, composées de 15 sites internationaux et de 10 joint-ventures de grande envergure. Sir Jim Ratcliffe a déclaré que cette acquisition, d'un montant de 5 milliards de livres sterling, permettrait à INEOS de compléter efficacement ses actifs actuels. Dans le cadre de l'accord, le site de Hull sera réintégré, et INEOS pourra étendra sa présence à Geel, en Belgique. « C'est un développement logique pour notre division pétrochimique », explique-t-il.  Le site BP de Geel est le premier producteur européen d'acide téréphtalique purifié. Cet acide entre dans la fabrication des bouteilles de soda en PET, des textiles, des films, des vêtements en polyester et des emballages alimentaires, tels que les sachets de riz prêts à faire bouillir. Le site est aussi doté d'une technologie de recyclage avancée du PET, appelée Infinia™.  La division Aromatiques de BP compte actuellement parmi les leaders technologiques mondiaux pour l'acide téréphtalique purifié et le paraxylène, avec six sites de production. Sa division Acétyles, avec neuf sites, produit de l'acide acétique et dérivés pour les industries alimentaire et pharmaceutique, et les secteurs de la peinture, des adhésifs et des emballages. APPLICATIONS PTA  Applications de l'acide téréphtalique Récipients et emballages alimentaires Fibres pour les vêtements et le mobilier Fibres industrielles et haute performanceBouteilles de soda en PET Isolation électrique

0 min read
Siri.jpg

UNE RUPTURE DE LA NORME

1 Le CO2 est mélangé à l'eau sous terre et reste prisonnier de cette solution aqueuse. 2 Le CO2 est emprisonné dans les minéraux, dans le réservoir. 3 Le CO2 est stocké sous forme liquide à un endroit facile d'accès, au cas où il y aurait une demande sur le marché. INEOS explore toutes les pistes pour réduire les émissions de CO2 LE CORONAVIRUS a laissé la planète respirer. Pendant le confinement, la réduction des activités humaines et l'absence de trafic aérien ont entraîné une baisse considérable des niveaux de pollution urbaine. Alors que le monde se remet en marche, beaucoup espèrent que les choses reprendront vite un cours normal. Mais ce n'est pas le cas de Chris Stark, le PDG du Comité sur le changement climatique. S'il n'ignore pas les besoins de l'industrie chimique, il estime que le secteur peut faire partie de la solution, plutôt que du problème. Et c'est aussi le point de vue d'INEOS. INEOS participe déjà très activement à de nombreux projets ambitieux qui pourraient s'avérer extrêmement bénéfiques pour l'environnement - sans pour autant sacrifier aux besoins de la société. L'entreprise explore à présent une nouvelle piste : le stockage d'énormes volumes de dioxyde de carbone dans les champs pétrolifères aujourd'hui épuisés de la mer du Nord, au sein d'une initiative qui entraînerait une réduction considérable des émissions de gaz à effet de serre. INEOS a également rejoint un puissant consortium pour étudier les options de production durable du méthanol, substance chimique utilisée comme matière première dans des produits très divers, des vêtements à l'essence. Le succès de ce projet contribuerait aussi à la réduction des émissions de CO2. Enfin, INEOS fait partie d'une alliance fondée sur la conviction que l'hydrogène offre une solution à la fois pratique et économiquement viable pour remplacer les combustibles fossiles. Ces trois projets prometteurs pourraient ouvrir la voie vers un nouveau monde éco-responsable. † NORVEGE  SUEDE  DANNEMARK  MER DU NORD  ALLEMAGNE  Un puissant consortium étudie un plan pour produire du méthanol durable et réduire le CO2 CO2   INEOS explore une nouvelle piste : le stockage d'énormes volumes de CO2 dans des champs pétrolifères épuisés, au sein d'une initiative qui entraînerait une réduction considérable des émissions de gaz à effet de serre.  À l'heure actuelle, l'entreprise effectue des tests sur le grès de l'un de ses réservoirs souterrains dans la mer du Nord pour savoir si cette roche permettrait de stocker efficacement le dioxyde de carbone.  « Nous savons qu'avant, à cet endroit, il y avait du pétrole et que le réservoir était suffisamment étanche pour le stocker », explique Johan Byskov Svendsen, directeur du développement commercial chez INEOS Oil & Gas Denmark.  « Nous savons aussi comment le pétrole et l'eau circulent dans le réservoir. Ces données nous donnent déjà une idée assez claire de la manière dont le CO2 se comportera sous terre. »  Les premiers résultats des tests réalisés par INEOS Oil & Gas devraient être prêts avant la fin de l'année.  S’il aboutit, le projet, qui consiste à capter et à stocker le dioxyde de carbone sous terre, pourrait à lui seul entraîner la plus grosse réduction des émissions de gaz à effet de serre du Danemark.  « Aucune autre entreprise du Danemark n'a avancé aussi loin qu'INEOS et ses partenaires sur un projet de ce type », ajoute Johan.  Mais la technologie de captage et de stockage du carbone est encore embryonnaire, et il reste beaucoup de chemin à faire.  Le plus difficile est de réunir les investissements nécessaires pour perfectionner cette technologie et étendre son utilisation.  « En privilégiant l'innovation et en choisissant les bons partenaires, nous espérons pouvoir faire baisser les coûts de stockage du CO2 », explique Johan.  « Le stockage du CO2 est une technologie indispensable si vous nous voulons atteindre l'objectif d'une économie zéro émission en 2050. Nous pouvons diriger une entreprise rentable tout en jouant un rôle important dans la transition écologique : l’un n'exclut pas l’autre. »  Selon Johan, il faut maintenant que les gouvernements traitent le captage et le stockage du carbone de la même manière que les éoliennes il y a 40 ans.  « Quand l'industrie éolienne a fait ses premiers pas, elle a reçu des subventions nationales généreuses pour développer des solutions innovantes et assurer leur commercialisation », dit-il.  « C'est précisément là que nous en sommes aujourd'hui. Comme les technologies CSC sont encore hésitantes, l'investissement est risqué. »  À son apogée, la plateforme pétrolière Siri d'INEOS produisait 50 000 barils par jour.  Aujourd'hui, c'est l'un des quatre réservoirs épuisés qu'INEOS pourrait potentiellement utiliser pour stocker le CO2, redonnant en même temps un nouveau souffle de vie à ses installations de la mer du Nord.  Une fois le gaz pompé sous terre, il pourrait être stocké de trois manières différentes.  Le CO2 est stocké sous forme liquide à un endroit facile d'accès, au cas où il y aurait une demande sur le marché.  Une proportion plus faible de CO2 se mélangerait naturellement à l'eau souterraine et resterait prisonnière de cette solution aqueuse.  La troisième méthode consisterait à emprisonner le CO2 dans les minéraux du réservoir. Le Danemark souhaite montrer l'exemple au reste du monde en matière de changement climatique, et les politiciens considèrent aujourd'hui que le captage et le stockage du carbone est l'un des meilleurs moyens d'établir une nouvelle économie verte.  Le Conseil danois sur le climat pense que le captage du carbone pourrait commencer dès 2025, et que son stockage pourrait avoir une réelle influence en 2030.  « C'est également notre objectif, déclare Johan. Notre travail part du principe qu'il sera possible de stocker le CO2 dans la deuxième moitié des années 2020. » INEOS étudie les options qui permettraient de stocker le CO2 dans d'anciens champs pétrolifères « Le stockage du CO2 est une technologie indispensable si nous voulons atteindre l'objectif d'une économie zéro émission en 2050 » – Johan Byskov Svendsen, directeur du développement commercial chez INEOS Oil & Gas Denmark

2 min read
Methenol.jpg

consortium du projet « power to methanol »

LES ÉMISSIONS de CO2 néfastes et indésirables pourraient un jour devenir une force au service du bien. Sept entreprises, dont INOVYN, travaillent actuellement sur la possibilité de mélanger du dioxyde de carbone capté à de l'hydrogène de source durable pour produire du méthanol, substance chimique entrant dans la composition de produits très divers, des vêtements à l'essence. Les leaders industriels et commerciaux ont jusqu'au printemps prochain pour prouver que cet ambitieux projet peut devenir réalité. Et qu'il peut être réalisé sans risque. Mais si ce travail porte ses fruits, une usine d'échelle industrielle, capable de produire 8 000 tonnes de méthanol durable par an, sera construite sur le site du complexe chimique d'INOVYN à Lillo. « Il s'agirait d'une première en Belgique », déclare Dirk Dupon, directeur de la stratégie chez INOVYN. « On ne produit encore aucun méthanol dans le port d'Anvers ; pourtant, l'industrie chimique belge en consomme de vastes quantités, et on le mélange également aux carburants, à Anvers et à Rotterdam. » Chacune des entreprises impliquées dans l'étude de faisabilité « Power to Methanol » s'appuiera sur sa propre expertise et expérience pour contribuer au projet. INOVYN, entreprise du groupe INEOS, maîtrise tous les aspects de la production d'hydrogène et de l'électrolyse au sel, et à ce titre, jouera un rôle primordial. « Nous aurons besoin d'intégrer efficacement deux opérations différentes », ajoute Dirk. Mais il est persuadé que l'idée fonctionnera. « L'étude de préfaisabilité nous a convaincu que ce projet peut réellement aboutir. Comme les différents partenaires du consortium sont tous prêts à conjuguer leur expertise, les chances de succès sont encore meilleures. Et l'approche collective du consortium réduit les risques, qui auraient été beaucoup plus lourds si nous nous étions lancés seuls dans ce projet. » À l'heure actuelle, le méthanol est produit à l'aide de matières premières d'origine fossile, et ce processus génère du CO2. Si le nouveau processus fonctionne bien, les émissions de CO2 seront réduites d'au moins une tonne pour chaque tonne de méthanol produite. Le méthanol sera initialement utilisé par les entreprises de carburant et entreprises chimiques du port d'Anvers, qui voit passer environ 235 millions de tonnes de fret maritime international chaque année. Mais dans le cadre du futur développement, il pourrait aussi servir de carburant durable pour les navires tels que les bateaux-remorqueurs, et pour le transport routier. « Le méthanol s'inscrit très bien dans notre stratégie de développement durable », dit Dirk. « Nous sommes toujours en quête d'options alternatives pour nos sources d'énergie et pour la production durable, à faible empreinte carbone, de nos produits chimiques. » Les autres acteurs de ce projet complexe mais enthousiasmant incluent ENGIE,Oiltanking, le port d'Anvers, Indaveret PMV. ENGIE connaît le marché de l'électricité sur le bout des doigts, Oiltanking maîtrise les aspects logistiques de la production et du stockage du méthanol, et Indaver peut apporter ses conseils pour collecter le CO2. « Le lancement de notre produit BIOVYN™ l'année dernière nous a prouvé que la demande est en hausse pour les produits chimiques à empreinte carbone neutre », explique Dirk. BIOVYN™ est un PVC nouvelle génération fabriqué à l'aide d'une biomasse renouvelable, au lieu du gaz et pétrole purs. Le ministre flamand Philippe Muyters a déclaré que l'innovation était la réponse à tous les défis, petits ou grands. « Nous ne résoudrons pas le problème du changement climatique en taxant les entrepreneurs jusqu'à la faillite », affirme-t-il.  « Ce projet innovant démontre une fois de plus que nos entreprises font partie intégrante de la solution, surtout lorsqu'elles unissent leurs forces et collaborent. » Un puissant consortium étudie un projet de production durable du méthanol pour réduire les émissions de CO2 « Il s'agirait d'une première en Belgique » – Dirk Dupon, directeur de la stratégie chez INOVYN.

2 min read
Hydrogen.jpg

L'économie de l'hydrogène

« L'hydrogène est l'un des meilleurs carburants en raison de ses multiples applications. Nous pouvons l'utiliser pour chauffer les maisons, alimenter les industries et le secteur des transports » – Chris Stark, PDG du Comité sur le changement climatique TRENTE-SIX personnes trouvèrent la mort lorsque l'Hindenburg, un dirigeable de 246,7 mètres fonctionnant à l'hydrogène, prit feu le 6 mai 1937. Mais l'incendie du luxueux dirigeable allemand, appareil qui avait révolutionné le transport transatlantique, ne tua pas seulement 13 passagers et 22 membres d'équipage ce jour fatidique. Il mit aussi fin à l'ère des dirigeables et réduisit en cendres la réputation de l'hydrogène, source d'énergie qui fut dès lors considérée comme dangereuse. « L'hydrogène a un vrai problème d'image publique, parce que beaucoup se rappellent encore la catastrophe de l'Hindenburg », explique Chris Stark, PDG du Comité sur le changement climatique. « Il a mauvaise réputation en termes de sécurité, et pourtant il ne la mérite pas. » Hydrogen Europe est l'association européenne de l'hydrogène et des piles à combustible. Selon elle, l'hydrogène est souvent beaucoup plus sûr que le carburant que nous mettons dans nos voitures. « L'hydrogène est hautement inflammable, mais comme il s'agit de l'élément le plus léger au monde, en cas de fuite, il s'élève rapidement dans l'atmosphère et a donc moins de temps pour brûler », explique un porte-parole. « En revanche, les carburants à base de carbone ont tendance à se répandre sous forme liquide. » L'association affirme que l'hydrogène a été accusé à tort lors de la catastrophe de l'Hindenburg. « En réalité, c'est une décharge électrique des nuages qui a mis feu à l’enveloppe du dirigeable qui tentait d'atterrir en plein orage électrique », poursuit le porte-parole. « L'hydrogène a brûlé rapidement au-dessus des passagers, sans les mettre en danger. Le vrai responsable, c'est le diesel qui a brûlé pendant 10 heures d'affilée après le début de l'incendie. » Chris pense qu'il est aujourd'hui temps que les gouvernements - dont les pays retournent peu à peu à l'activité après des mois de confinement - donnent une nouvelle chance à l'hydrogène pour bâtir une économie à faible empreinte carbone. « Nous ne pouvons pas nous contenter de relancer l'économie, dit-il. Nous avons aujourd'hui l'opportunité de la transformer. » En 2015, des objectifs climatiques ambitieux ont été fixés et acceptés par 184 pays lors de l'Accord de Paris. « Si nous retournons maintenant à une croissance basée sur des combustibles fossiles à faible coût, nous n'atteindrons pas les objectifs de Paris, affirme-t-il. Et nous resterons prisonniers de modes de vie qui, au final, seront aussi néfastes pour l'économie que pour l'environnement. » Mais Chris n'ignore pas non plus les besoins de l'industrie chimique. Il estime simplement que le secteur peut faire partie de la solution, plutôt que du problème. « Nous aurons toujours besoin des combustibles fossiles à l'avenir, dit-il. Ils feront partie du mélange. Mais l'hydrogène est l'élément qui manque encore à l'équation. » Le comité souhaite qu'en 2050, un tiers de l'énergie de Grande-Bretagne soit issue de l'hydrogène, soit l'équivalent de la quantité d'énergie actuellement générée par l'électricité. « L'hydrogène est l'un des meilleurs carburants en raison de ses multiples applications, déclare Chris. Nous pouvons l'utiliser pour chauffer les maisons, alimenter les industries et le secteur des transports. » La bonne nouvelle, c'est que le comité comprend comment INEOS peut contribuer au développement d'une économie axée sur l'hydrogène : « INEOS nous accompagnera tout au long du voyage. L'entreprise a simplement besoin d'expliquer son rôle au grand public pour que celui-ci comprenne bien sa position au sein du débat sur le changement climatique. » INOVYN, entreprise du groupe INEOS, produit plusieurs milliers de tonnes d'hydrogène par an sous forme de coproduit, et les sites d'INEOS au Royaume-Uni, en Allemagne et en Belgique sont tous impliqués dans des projets axés sur l'hydrogène. L'entreprise est aussi membre de la North West Hydrogen Alliance, organisation fondée sur la conviction que l'hydrogène offre une solution à la fois pratique et économiquement viable pour remplacer les combustibles fossiles. INEOS est prête à investir dans l'infrastructure nécessaire au captage et au stockage de l'hydrogène, mais l'entreprise doit d'abord être certaine qu'il y aura un marché pour l'hydrogène. Le comité, qui conseille le gouvernement sur les mesures à prendre pour atteindre les objectifs climatiques fixés, affirme que les investissements gouvernementaux et le soutien du grand public sont cruciaux pour avancer dans la bonne direction. « Au Royaume-Uni, nous avons déjà tous les éléments nécessaires pour passer à l'hydrogène. Mais tout le monde aura un rôle à jouer dans le processus. Et nous avons besoin que le gouvernement prenne l'initiative. » Fait ironique, il semblerait que la COVID-19 ait préparé un terrain plus favorable à l'hydrogène, qui produit zéro émission lorsqu'il est utilisé comme carburant dans les voitures. Les confinements nationaux, imposés pour enrayer l'épidémie de COVID-19, ont entraîné une baisse vertigineuse des niveaux de pollution atmosphérique dans les villes du monde entier. Sans voiture dans les rues, on a pu à nouveau respirer un air propre. « On observe un changement de comportement très important et très intéressant concernant les modes de transport », explique-t-il. Avec la distanciation sociale, on encourage les gens à éviter les transports publics.  « Si tout le monde prend sa voiture, les routes seront beaucoup trop encombrées. Mais si nous commençons à opter pour le vélo, pour la marche ou pour le télétravail, nous pourrions faire une énorme différence. » Selon lui, ce dont l'hydrogène a encore besoin, c'est d'un champion. « Malheureusement, aucune figure charismatique ne s'est encore portée volontaire pour défendre le potentiel de l'hydrogène », ajoute-t-il. Même si tout indique que les voitures du futur seront électriques au lieu de fonctionner à l'hydrogène, Chris pense que les opportunités pour les poids lourds, les bus et les avions sont énormes. « L'hydrogène est le candidat idéal pour les poids lourds, cela semble de plus en plus évident », dit-il. L'année prochaine, le Royaume-Uni accueillera la conférence de l'ONU sur le changement climatique et présidera aussi le sommet du G7. « Nous aurons besoin d'une véritable coopération mondiale, et il sera intéressant de voir comment les choses vont se passer, post-COVID-19, ajoute-t-il. Mais je pense que l'hydrogène est désormais bien présent dans la conscience collective. C'est l'élément le plus abondant de l'univers, et nous ne parviendrons pas à atteindre l'objectif zéro émission sans lui ». En 2015, des objectifs climatiques ambitieux ont été fixés et acceptés par 184 pays lors de l'Accord de Paris. Le comité Hydrogen Europe souhaite qu'en 2050, un tiers de l'énergie de Grande-Bretagne soit issue de l'hydrogène, soit l'équivalent de la quantité d'énergie actuellement générée par l'électricité.

2 min read
hydrogen-olympics.jpg

Les J.O. de l'hydrogène

Le Japon espérait démontrer l'immense potentiel de l'hydrogène à l'occasion des Jeux olympiques de Tokyo Le Japon avait l'intention de mettre l'hydrogène à l'honneur lors des J.O de Tokyo 2020. Les organisateurs comptaient l'utiliser pour alimenter 100 bus à pile combustible, mis en service pour conduire athlètes et visiteurs jusqu'aux différents sites olympiques de la ville. Près de 500 voitures à hydrogène auraient dû assurer le transport du personnel et des VIP, alors que des milliers d'athlètes venus du monde entier auraient résidé ensemble dans un village olympique partiellement alimenté à l'hydrogène. « Le Japon savait que les J.O, qui sont suivis dans le monde entier, étaient l'opportunité idéale d'attirer l'attention sur le potentiel de l'hydrogène comme source d'énergie propre et viable », explique Paul Humanic, responsable des processus pour Nexceris, entreprise d'énergie basée aux États-Unis. Le Japon avait également l'intention d'utiliser l'hydrogène pour allumer la flamme et la vasque olympiques pour la première fois dans l'histoire des Jeux. Même si les J.O. ont été reportés cette année en raison de la pandémie, le Japon espère pouvoir organiser les Jeux olympiques les plus écologiques de l'histoire en 2021. « Le Japon veut transmettre un message fort sur l'hydrogène avec les Jeux olympiques de Tokyo », explique Paul. Depuis plus de 40 ans, l'hydrogène est utilisé en vastes quantités par les industries du monde entier, et il sert aussi de carburant pour les missions spatiales. Ces secteurs ont déjà développé l'infrastructure nécessaire à la production, au stockage et au transport sécurisés de l'hydrogène. Reste à convaincre le grand public de ses avantages. « De nombreux pays financent à présent des recherches sur la génération d'hydrogène par électrolyse pour permettre la production d'hydrogène sur place, là où on en a besoin, et pour servir de complément au réseau électrique aux heures les plus chargées », explique Paul. Mais au cours des dix dernières années, le Japon est devenu, par nécessité, l'un des plus fervents partisans de l'hydrogène et des piles à combustible. Après la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011, le Japon a fermé beaucoup de ses centrales nucléaires, se tournant à la place vers les combustibles fossiles importés de l'étranger.  Face à ce manque de sécurité et d'autonomie énergétiques, il n'est pas surprenant que le pays ait préféré investir dans une nouvelle économie axée sur l'hydrogène. « Même si les J.O. sont annulés l'année prochaine, le Japon poursuivra sur sa lancée, affirme Paul. Il faudra peut-être plusieurs années pour que l'hydrogène s'impose à l'échelle nationale comme source d'énergie alternative viable, mais le Japon continuera à travailler pour assurer la commercialisation des technologies à base d'hydrogène et l'élimination progressive du nucléaire et des combustibles fossiles. » Le constructeur automobile Toyota, principal sponsor des J.O. de Tokyo, est convaincu que l'hydrogène représente l'avenir du secteur. Son modèle Mirai est la première voiture à pile à hydrogène produite en masse. L'hydrogène est stocké dans des réservoirs en fibre de carbone. L'oxygène de l'air entre dans le Mirai via la grille d'aération à l'avant du véhicule. L'hydrogène et l'air circulent séparément jusqu'au cœur de la pile à combustible, où une réaction chimique produit de l'électricité. Mieux encore, la seule émission générée par cette réaction est l'eau. Mais pour l'instant, le Japon attend encore de savoir si les J.O pourront avoir lieu l'année prochaine et s'il pourra enfin montrer au reste du monde ce que l'hydrogène peut apporter à l'économie, et surtout à l'environnement. « Pour nous, ces J.O. sont une opportunité unique de montrer à quoi peut ressembler la transition vers une société durable, et ce à une échelle encore sans précédent », déclare Mori Yoshiro, président de Tokyo 2020. l « Le Japon savait que les J.O, qui sont suivis dans le monde entier, étaient l'opportunité idéale d'attirer l'attention sur le potentiel de l'hydrogène comme source d'énergie propre et viable » – Paul Humanic, responsable des processus chez Nexceris Mirai Le constructeur automobile japonais Toyota a construit le premier véhicule à pile à hydrogène produit en masse. Néons hauts en couleur à Akihabara, Tokyo

2 min read
back on track.JPG

LA F1 DE RETOUR SUR LES CIRCUITS

La Formule 1 est de retour sur le bitume. Et la meilleure écurie de F1 au monde, Mercedes-AMG Petronas, a entamé la saison comme elle compte la finir : en première position.  Valtteri Bottas a remporté la première course lors du Grand Prix d'Autriche, tandis que son coéquipier Lewis Hamilton, après avoir manqué de peu le podium en Autriche, s'est imposé dès le second Grand Prix de la saison. Depuis, les deux pilotes continuent de dominer les circuits. Pour la saison de F1 2020, leurs bolides arborent un nouveau coloris, marquant l'engagement de l'équipe Mercedes contre le racisme et contre la discrimination sous toutes ses formes. Bottas et Hamilton portent aussi une combinaison noire.  « Nous avons toujours affirmé que le racisme et toute autre forme de discrimination n'ont pas leur place dans notre équipe, ni dans notre société », a déclaré un porte-parole.  Lors du Grand Prix britannique de Silverstone, un nouveau nom s'est ajouté aux voitures de F1 de l’écurie Mercedes : INEOS Hygienics.  INEOS, principal partenaire de l'équipe, a en effet profité de l'événement pour annoncer le lancement de sa nouvelle entreprise.  INEOS Hygienics a été créée en plein cœur de la pandémie de COVID-19 pour fournir du gel désinfectant aux milliers d'hôpitaux qui en avaient désespérément besoin. Depuis, l'entreprise s'est développée et soutient à présent toutes les équipes d'INEOS : l'élite des sports mécaniques, du cyclisme, de la voile et du football.  « Nous sommes ravis d'être de retour sur les circuits, et nous le devons aux mesures et protocoles très stricts respectés par tous les acteurs du monde du sport, y compris nos membres d'équipe qui accordent la priorité absolue à l'hygiène », déclare Toto Wolff, chef de l'écurie Mercedes. « La gamme de désinfectants de grade hospitalier d'INEOS Hygienics nous aide à protéger l'équipe et nous permet de faire le travail nécessaire à l'usine et sur le circuit en toute confiance. »  Les autres équipes sportive d'élite qui utilisent les produits d'INEOS Hygienics incluent l'équipe de voile de la Coupe de l'Amérique dirigée par Sir Ben Ainslie, l'OGC Nice, et l'équipe du Tour de France de Sir Dave Brailsford, récemment rebaptisée « les INEOS Grenadiers ».  « L'hygiène est une priorité absolue parce qu'elle nous évite de perdre du temps d'entraînement ou de compétition pour cause de maladie », déclare Dave. LA NAISSANCE D'UNE NOUVELLE ENTREPRISE : PAGES 32, 33 À gauche : célébration bien méritée lors du Grand Prix d'Espagne à Barcelone.  Ci-dessous : INEOS Hygienics fait ses débuts, avec un nouveau look pour les voitures et pour l'équipe. « Nous sommes ravis d'être de retour sur les circuits, et nous le devons aux mesures et protocoles très stricts respectés par tous les acteurs du monde du sport, y compris nos membres d'équipe qui accordent la priorité absolue à l'hygiène » – Toto Wolff, chef de l'équipe de F1 Mercedes-AMG Petronas

2 min read
track and race image.JPG

La course contre COVID

INEOS TEAM UK, l'équipe de voile britannique en lice pour le trophée très convoité de la Coupe de l'Amérique, débarque en Nouvelle-Zélande après un fantastique été passé à naviguer sur les eaux britanniques. L'équipe a désormais terminé son entraînement au Royaume-Uni. Le premier AC75, le Britannia, est maintenant en route vers la Nouvelle-Zélande à bord d'un bateau, tandis que le Britannia II a déjà rejoint Auckland à bord d'un avion-cargo Antonov.  Au cours des six derniers mois, la pandémie de COVID-19 n'a vraiment pas facilité la vie de l'équipe. « Nous avons été forcés de ralentir et de repenser nos priorités », explique le skipper Sir Ben Ainslie. « Il nous a fallu décider comment tirer le meilleur parti possible du temps qu'il nous restait avant la 36e Coupe de l'Amérique. » Pourtant, de mai à août, l'équipe a pu naviguer à loisir, et l'entraînement a été couronné de succès.  « Ces fréquentes sorties en mer nous ont beaucoup apporté. Il y a tellement de nouvelles choses à maîtriser sur ces voiliers AC75 qu'à chaque sortie, nous avons énormément appris », explique Ben. Mais pour passer autant d'heures en mer que possible, il fallait aussi veiller à la santé et à la forme physique de l'équipage. Le Britannia a dû être modifié pour permettre à l'équipe de s'entraîner sans risque, tout en respectant les règles de distance sociale pour éviter la transmission du COVID-19. Une meuleuse électrique a été utilisée pour faire le travail de deux hommes, aidant ainsi l'équipe à limiter le nombre de personnes à bord. Mais ce n'est pas tout. En mer comme à terre, l'équipe portait des masques de protection Henri-Lloyd, utilisait le désinfectant pour les mains d'INEOS et portait des appareils conçus pour enregistrer en permanence la position de chaque membre. « Nous pouvions surveiller les mouvements du personnel, examiner nos pratiques et introduire les changements requis pour garantir la sécurité optimale de chacun », dit Ben. Les appareils Safeguard, développés par Mafic, font partie intégrante de la stratégie ZÉRO COVID de l'équipe INEOS TEAM UK, axée sur l'hygiène à la maison et au travail. « Mafic n'a eu besoin que de quelques semaines pour adapter sa technologie et ses appareils à notre environnement de travail », explique Ben. Les membres de l'équipe portent l'appareil au bras, dans leur poche ou dans leur casque. « Un simple mouvement de tête suffit à indiquer ce qu'une personne fait, qu'elle soit en train d'affûter, de souder, ou qu'elle soit aux commandes d'une machine. Et nous pouvons aussi connaître sa position exacte », explique le PDG Will Woodhead. « Nous pouvions suivre les mouvements de chacun à la seconde près, et identifier immédiatement toute infraction aux règles de distanciation sociale. » Ces infractions peuvent ensuite être examinées et évaluées pour améliorer les protocoles. Mafic a été fondée pour remplir une seule mission : rendre le lieu de travail plus sûr. « J'ai vu trop d'accidents, trop souvent », déclare Will. Selon Ben, les appareils ont vraiment changé la donne pour l'équipe. « Nous avons traversé une période difficile mais très productive », ajoute-t-il. L'équipe a en effet obtenu d'excellents résultats, en mer comme sur la table de travail. INEOS TEAM UK et Coderus, son concepteur logiciel partenaire, ont développé un nouveau logiciel capable de charger un design, de l'ajouter à un modèle virtuel du voilier, puis de déterminer si le changement de design améliorera ou non la vitesse du bateau. Si le résultat est positif, Chimera prépare ensuite le modèle pour une simulation complète sur les différents designs possibles pour le bateau.Le concepteur en chef, Nick Holroyd, explique que logiciel permet de tester les idées rapidement et avec beaucoup de précision, encourageant ainsi l'innovation au lieu de la limiter : « La Coupe de l'Amérique est certes une course de voiliers, mais c'est aussi une compétition qui oppose différents designs et technologies. Et c'est un aspect encore plus important aujourd'hui, étant donné que les nouvelles règles interdisent les tests en tunnels aérodynamiques ou en bassins de traction. » Les équipes n'ont pas non plus le droit de mettre à l'eau plus d'un bateau à la fois. « Le nouveau règlement nous empêche d'utiliser toutes les méthodes de développement normales, en conditions « réelles » : nous sommes donc forcés de recourir au virtuel, explique Nick. L'ancienne technique de tests à deux bateaux, méthode de développement idéale, n'est plus autorisée. » Mais cela n'a pas du tout dérangé Mark Thomas, le PDG de Coderus : « Notre système améliore l'efficacité et accroît les capacités : il permet à l'équipe de repousser les limites du possible encore plus loin qu'avant. » L'équipe naviguera au large d'Auckland à bord du nouvel AC75, le Britannia II, en octobre.  « Nous avons donc deux mois de préparation avant la régate de Noël, première course qui réunira toutes les équipes en compétition pour la Coupe, explique Ben. Cette période promet d'être captivante. Étant donné qu'il s'agit d'un voilier d'une toute nouvelle classe, il risque d’y avoir de grosses différences entre les équipes. » INEOS TEAM UK est impatiente de hisser les voiles dans le port Waitemata. Même si la Nouvelle-Zélande est un pays magnifique, l'équipe n'a qu'une seule idée en tête : remporter la Coupe de l'Amérique pour la Grande-Bretagne. En haut vol : page 28 En savoir plus : INEOSTEAMUK.COM

3 min read
master-16-replacement.JPG

En haut vol

LE BRITANNIA II a été construit pour voler. Mais le 28 septembre 2020, les hommes de Sir Ben Ainslie ne soulevaient pas leur voilier de 23 m hors de l'eau, après un entraînement pour la Coupe de l'Amérique. Cette fois-ci, c'était un avion-cargo ukrainien de 33 ans qui était chargé de transporter le second bateau de course de l'équipe, le RB2, jusqu'à la ligne de départ en Nouvelle-Zélande.  « Ce voyage a marqué une étape très importante pour nous », déclare Grant Simmer, PDG d'INEOS TEAM UK. « Nous touchons au but à présent ». Et pour charger le Britannia II à bord de l'avion-cargo Antonov pour son voyage de 4 jours et de 19 500 km jusqu'en Nouvelle-Zélande, quel meilleur allié que le Grenadier, le robuste 4x4 d'INEOS ? Grant n'a pas tari d'éloges pour le directeur du projet, Dave Endean, et pour son équipe, qui ont construit et transporté le bateau depuis la base britannique de l'équipe à Portsmouth jusqu'en Nouvelle-Zélande, d'abord par camion, puis par avion – et sans aucun retard. « L'équipe entière a fourni un incroyable effort, dit Grant. Nous sommes tous très fiers d'avoir réussi à construire le bateau à temps, tout en gérant les restrictions liées à la COVID. » Le vol de 24 heures depuis l'aéroport de Stansted au Royaume-Uni comprenait deux escales, l'une à Dubaï et l'autre en Indonésie. Après atterrissage à l'aéroport d'Auckland le 1er octobre, le second bateau de course de l'équipe a été transporté en camion jusqu'à la toute nouvelle base de Wynyard Point, où la construction a été terminée et le voilier mis en service. « Le RB2 marque un véritable développement par rapport à notre premier bateau », explique Grant. Selon Dave, l'opération a demandé beaucoup de moyens : « La logistique nécessaire au transport d'une équipe entière et de deux bateaux AC75 jusqu'en Nouvelle-Zélande était complexe, et il nous a fallu beaucoup de temps et d'efforts pour y parvenir. » Mais avec un peu de chance, ils pourront savourer les fruits de leur travail l'année prochaine, lorsque le Britannia II sera mis à flots pour décrocher la Coupe de l'Amérique. Pour INEOS TEAM UK, seule la victoire compte. Le Grenadier aide au chargement du Britannia II à bord de l'avion-cargo ukrainien de 33 ans pour un voyage de 19 500 km jusqu'en Nouvelle-Zélande  « L'équipe entière a fourni un incroyable effort. Nous sommes tous très fiers d'avoir réussi à construire le bateau à temps, tout en gérant les restrictions liées à la COVID. » – Grant Simmer, PDG d'INEOS TEAM UK

2 min read
Master19.jpg

Le Professeur de l’herbe

INEOS Football investit dans trois nouveaux terrains pour aider l'OGC Nice à placer la barre plus haut à l'entraînement L'un des plus anciens clubs de l'histoire du football français a complètement reconstruit ses trois terrains avec l'aide d'un responsable de stade britannique surnommé « Le professeur del’herbe ». Scott Brooks, qui travaille au centre national de l'Association de football anglais, est arrivé à l'OGC Nice en janvier : il attendait autant de lui-même que du club, qui avait terminé cinquième de ligue 1 la saison précédente. « L'herbe n'avait vraiment pas l'air en bon état, explique-t-il. Et deux des trois terrains ne répondaient pas aux critères de performance qui, selon moi, sont indispensables pour des athlètes professionnels. » Les critères de performance que Scott évoque sont ceux qui permettent aux joueurs de s'entraîner sans se blesser : « Un terrain en mauvais état est à 50 % responsable des blessures subies par les joueurs, si ce n'est plus. Et les taux de blessures étaient très élevés. » Aujourd'hui, les trois terrains ont été remplacés par de nouvelles surfaces qui permettent aux talentueux joueurs du club de s'entraîner plus dur, plus longtemps. « Maintenant, le nombre de blessures devrait commencer à diminuer, et les joueurs pourront rester en parfaite forme physique. Lorsqu'ils quittent le terrain, les joueurs doivent se sentir fatigués après avoir tout donné, mais ils ne devraient pas avoir mal. » Après ces changements, l'OGC, qui fut fondé en 1904, est aussi devenu le premier club français à utiliser un terrain hybride, combinant le gazon synthétique à l'herbe naturelle. Le gazon repose sur une couche de gravier et deux couches de sable, toutes nivelées au laser. La couche supérieure de sable fin est mélangée à un produit organique dérivé d'excréments animaux pour fournir au gazon tous les nutriments dont il a besoin pour pousser. L'OGC est aussi le premier club français à adopter un nouveau système d'arrosage plus efficace, qui consomme 30 % d'eau en moins. « C'est le système qu'on utilise pour arroser les melons au Brésil, où le climat est sec et à peu près similaire, donc j'espère qu'il fonctionnera bien ici », explique-t-il. Lorsque Scott est arrivé à l'OGC Nice, il a découvert que les terrains utilisaient encore un système d'irrigation rudimentaire, approvisionné par l'eau des montagnes. « Il ne pleut pas très souvent ici, mais lorsque c'est le cas, il tombe un mois de pluie en un seul jour. »  Des réservoirs à eau de pluie ont maintenant été installés. « S'il y a un problème avec le réseau d'eau de la ville, nous aurons des réserves d'eau suffisantes sur place pour arroser les terrains », ajoute-t-il.  C'est un détail important dans une région du monde où faire pousser l'herbe n'est pas tâche facile. « Je pense que le sud de la France est l'un des climats les moins bien adaptés à l'herbe parce que les conditions météo ne restent jamais propices pendant suffisamment longtemps », explique-t-il.  « Les terrains sont souvent en parfaite condition en avril ou en mai, puis de nouveau en octobre, mais ils sont loin d'être au top pour le reste de la saison. La plus grande difficulté est de créer un terrain qui offrira de bonnes conditions de jeu tout au long de la saison. » Scott a également augmenté la pression de l'eau pour que toute la surface du terrain soit arrosée de manière uniforme. « Il me suffit d'allumer l'arrosage automatique cinq minutes avant l'entraînement, et tout est parfait. » Avant, le terrain avait besoin d'être arrosé pendant près de 45 minutes avant l'arrivée des joueurs, et souvent, une seconde fois en cours d'entraînement. Selon Bob Ratcliffe, le PDG d'INEOS Football, qui est propriétaire du club, Scott est un individu méticuleux, déterminé et très investi dans son travail. « Sa vaste expertise devrait vraiment aider l'équipe de l'OGC Nice », déclare-t-il. Et c'est précisément l'objectif de Scott. « Si vous vous dites que l'équipe a déjà bien réussi cette saison, attendez de voir les joueurs en action la saison prochaine », promet-il. L'OGC Nice est l'un des membres fondateurs de la ligue française de football, et compte quatre titres de champion à son palmarès. Mais le dernier triomphe du club remonte à 1997. L'équipe est entraînée par Patrick Vieira, qui a joué pour la Juventus, l'Inter Milan, Manchester City et Arsenal. Scott affirme que Patrick, qui est considéré comme l'un des meilleurs joueurs de sa génération, aurait aussi du mal à obtenir de bons résultats sur un terrain en mauvais état : « La performance du terrain et la performance des joueurs vont main dans la main. Un terrain de bonne qualité peut donner à l'athlète l'assurance dont il a besoin pour essayer de nouvelles choses pendant l'entraînement. » Aujourd'hui, il n'y a que très peu de différence entre le terrain d'entraînement et le terrain du stade Allianz Riviera. « Et c'est exactement le but recherché », confirme Scott. « La similarité entre le terrain où on s'entraîne et celui on dispute les matchs est un facteur très important. Ce n'est pas pour rien que l'on parle de « l'avantage du terrain ». Si vous vous entraînez toute la semaine sur un terrain particulier, puis que vous jouez sur un terrain identique à l'Allianz Riviera, vous vous adapterez très rapidement et votre performance n'en sera que meilleure.  Mais si vous vous entraînez sur un excellent terrain avant de disputer un match dans un stade où la surface de jeu est médiocre, il vous faudra 10 ou 15 minutes pour vous adapter, ce qui peut faire toute la différence entre la victoire et la défaite. » www.ogcnice.com Le football redémarre Les deux équipes de football d'INEOS sont de retour sur le terrain. Mais pour l'instant, le FC Lausanne-Sport et l'OGC Nice disputent toutes leurs rencontres à huis clos, en raison de la pandémie de COVID-19. « Nous étions impatients de recommencer de jouer, donc nous sommes très contents d'être de retour sur le gazon », déclare l'entraîneur de l'OGC Nice, Patrick Vieira. « Mais l'atmosphère n'est pas du tout la même. Il n'est pas évident de jouer dans ces conditions. » Plus tard cette année, le FC Lausanne-Sport, l'un des plus vieux clubs de football au monde, quittera son bastion de 66 ans pour intégrer un nouveau stade de 12 000 places assises. Selon INEOS Football, qui a acheté le club suisse en 2017, l'atmosphère sera encore plus enthousiasmante pour les joueurs comme pour les fans. Le complexe de Tuilière compte neuf terrains, deux en gazon naturel et sept en synthétique.  Ces nouveaux terrains accueilleront le Lausanne-Sport ainsi que d'autres équipes locales pour l'entraînement et pour les matchs.

2 min read
Master20.jpg

Les INEOS Grenadiers regardent vers l'avenir

LES INEOS Grenadiers sont passés à côté de la victoire lors du Tour de France 2020. Mais les cyclistes, qui avaient pris l'habitude de gagner, ont continué d'afficher un courage et une détermination sans faille après l'abandon forcé d'Egan Bernal, leader de l'équipe et champion en titre, à la 16e étape. « Ils sont immédiatement passés à l'offensive », a déclaré le chef d'équipe, Sir Dave Brailsford. Leur persévérance a fini par porter ses fruits lors d'une victoire forte en émotions à la 18e étape, Michal Kwiatkowski et Richard Carapaz finissant respectivement 1er et 2e. Malheureusement, cette année, le Tour de France s'est achevé sur la victoire du Slovène Tadej Pogacar (EAU Team Emirates). « Les Grenadiers feront tout leur possible pour remettre la main sur le maillot jaune en 2021 », ajoute-t-il. Dave, dont l'équipe a gagné sept des huit derniers Tours, ne tarissait pas d'éloges pour Egan Bernal, premier Colombien à remporter la compétition l'année dernière : « Dans la victoire comme dans la défaite, il nous a montré de quoi sont faits les vrais champions. Et il est déterminé à revenir en force en 2021. » L'équipe Team INEOS a été rebaptisée Les INEOS Grenadiers au début du Tour, après l'inauguration du nouveau 4x4 indestructible construit par INEOS, le Grenadier.  Les quatre grands champions de l'équipe, Chris Froome, Geraint Thomas, Egan Bernal et Richard Carapaz, ont dévoilé le nouveau kit de l'équipe, fourni par Castelli et la nouvelle marque Pinarello DOGMA F12 à l'Allianz Riviera, en même temps que les deux prototypes du Grenadier, à qui l'équipe doit son nouveau nom.  Le Grenadier est 4x4 utilitaire robuste, conçu et fabriqué par INEOS Automotive pour proposer un nouveau véhicule haute performance, capable de dominer tous les types de terrain. « Les INEOS Grenadiers est peut-être le nouveau nom de l'équipe, mais il résume les points forts qu'elle a toujours possédés, explique Sir Dave. Ce nouveau partenariat incarne toutes nos valeurs à la perfection : l'ambition, le courage, la détermination, l'ingéniosité, la ténacité et la passion. » Il a aussi tenu à ajouter : « Ce nouveau nom nous permet de resserrer nos liens avec INEOS et prouve une fois de plus que faire partie du groupe INEOS est source de fantastiques opportunités : ensemble, nous sommes plus forts. À l'image du Grenadier, notre équipe est conçue sur mesure. Nous savons ce que nous avons à faire, et nous avons tous les atouts en main pour y arriver.  Notre ambition est claire, et pour la concrétiser, chacun est prêt à y mettre du sien. »

2 min read
ineos lifeline.jpg

INEOS apporte un soutien vital aux associations caritatives

LES PETITES associations caritatives, qui s'efforcent de venir en aide aux personnes les plus touchées par la pandémie, ont récemment reçu le précieux soutien d'INEOS. Au cours des quelques derniers mois, les employés des sites INEOS du monde entier ont été chargés d'identifier les associations caritatives et groupes communautaires locaux qui avaient un besoin urgent de fonds pour continuer à offrir leurs services. « Souvent, même un don relativement modeste peut faire une différence énorme pour ces organisations qui font un travail crucial dans nos communautés », explique Ursula Heath, coordinatrice du Fonds communautaire INEOS. « Nous avons donc décidé de créer un Fonds de soutien caritatif d'un million de livres sterling, distribuées sous forme de subventions allant jusqu'à 10 000 £. » Alors que cette édition d'INCH partait pour l'imprimerie, 159 organisations de 15 pays, dont le Royaume-Uni, l'Amérique, l'Italie, la France, l'Allemagne, l'Espagne, la Suède, la Belgique, la Norvège, Singapour, la Chine et le Canada, avaient déjà reçu l'aide d'INEOS suite aux nominations des employés de 67 sites. « Nous avons été profondément touchés par la réponse enthousiaste de nos employés, ainsi que par le volume et la qualité des candidatures pour les subventions », déclare Ursula. Le Fonds communautaire INEOS d'1 million de livres a été établi par les propriétaires d'INEOS, Sir Jim Ratcliffe, Andy Currie et John Reece, au moment où les pays du monde entier entraient en confinement pour enrayer la pandémie de COVID-19. Parmi les bénéficiaires du Fonds, on trouve des banques alimentaires, des maisons de retraite, des refuges pour victimes de violence conjugale, et des associations venant en aide aux plus démunis. L'une des banques alimentaires (une division des Restos du Cœur située près de Tavaux en France) a vu ses dons chuter de 8 000 € en mars 2019 à seulement 80 € en mars 2020. « Nous sommes ravis de pouvoir leur venir en aide », affirme Thibault Pagnot, directeur de la communication chez INOVYN à Tavaux. Une autre banque alimentaire, à Singapour, a reçu 10 000 £ d'INEOS Styrolution en soutien de son programme « Repas livrés pour nourrir la ville ». « Le nombre de foyers dans le besoin est monté en flèche et la demande est passée à plus de 12 000 repas chauds par jour », explique Nichol Ng, co-fondatrice de la banque alimentaire de Singapour, qui s'approvisionne auprès des restaurants locaux. Pour Steve Harrington, président mondial de Styrene Monomer et de la région Asie-Pacifique, il s'agissait aussi d'un point important. « Nous ne venons pas seulement en aide aux communautés en difficulté, mais nous apportons aussi notre soutien aux entreprises locales qui risquent la fermeture définitive », affirme-t-il. Et à Dublin, qui abrite le site d'INEOS Composites dans l'Ohio, la directrice de bureau Susan Drye a déclaré que les 10 000 $ versés par INEOS permettraient à la banque alimentaire Mid-Ohio de fournir 90 000 $ de denrées alimentaires à la collectivité. « Ce geste a été très apprécié par nos communautés », ajoute Susan.  Parmi les autres bonnes causes soutenues par le Fonds, on trouvait notamment des maisons de retraite et des centres pour les personnes handicapées, des services de santé mentale, et des organisations fournissant des ressources éducatives aux enfants défavorisés, pour leur permettre de continuer à apprendre malgré la fermeture des écoles. « Nous sommes là pour redonner espoir aux familles, et grâce au soutien financier d'INEOS, nous pourrons le faire encore plus tôt » – Deanna Frey, directrice générale.  Une association caritative aide les familles monoparentales à retrouver l'espoir Mother Seton Housing Amériquemothersetonhouse.com Les parents seuls, qui ont désespérément besoin de temps et de courage pour recommencer leur vie, ont trouvé un nouvel allié : INEOS. Mais Deanna Frey, qui dirige l'association caritative Mother Seton Housing, explique que lorsqu'INEOS a décidé d'accorder son soutien financier à l'organisation, l'entreprise a surtout transmis un message fort : « Ce geste montre aux individus que nous aidons que quelqu'un croit en eux et en leur avenir. Et même si INEOS ne nous avait donné qu'1 $, cela n'aurait rien changé. » Seton House fait beaucoup plus qu'offrir un toit aux mères - et aux pères - célibataires. « Au début, c'était notre principale mission », explique Deanna, la directrice générale de l'association. « Mais nous avons ensuite compris que pour aider les gens à sortir de la pauvreté, il nous fallait aussi leur redonner espoir, leur fournir des ressources et un plan d'action concret. » Le don de 5 000 £, versé dans le cadre du Fonds communautaire par le site de production WL Plastics Mills d'INEOS dans le Wyoming, aux États-Unis, a permis à l'association d'accélérer le lancement d'un nouveau cours développé pour aider les parents à définir leurs objectifs professionnels et personnels, à identifier les obstacles, et plus important encore, à déterminer comment ils pourront concrétiser leurs ambitions. « Nous sommes là pour redonner espoir aux familles, et grâce au soutien financier d'INEOS, nous pourrons le faire encore plus tôt, explique-t-elle. Nous n'aurions jamais pu en faire autant sans l'aide d'INEOS. » Seton House utilisera le programme développé par l'initiative Connections to Success de Kansas City, qui a déjà permis d'établir une économie plus dynamique et plus inclusive dans la ville. Les leçons apprises à Kansas City seront d'une grande utilité à Seton House, située à Casper, dans le Wyoming, même si les deux villes sont radicalement différentes. Car fondamentalement, les gens ont tous les mêmes besoins de base. Seton House ne se contente pas que d'aider ses résidents à former un projet. L'association rend aussi visite aux employeurs de la localité pour savoir quelles compétences ils recherchent chez leur personnel. Le cours de trois semaines explore tous les aspects de la vie, y compris les relations, l'éducation, la santé et le rôle du parent. Seton House espère que le cours aidera les résidents à retrouver leur autonomie et à reprendre le contrôle de leur vie. Mais le soutien offert par l'association ne s'arrête pas à la fin du cours. « Nous leur expliquons que nous serons toujours là pour eux, ajoute Deanna. S'ils ont besoin de mentors, ils peuvent compter sur nous. » La plupart de ceux qui font appel à Seton House sont des familles monoparentales sans domicile fixe. « Ces familles sont parfois hébergées par des amis avant de venir chez nous, explique Deanna. Mais nous avons également accueilli des gens qui vivaient dans leur voiture, avec leurs enfants. » Certains ont été victimes de violences physiques ou mentales. « Ces familles sont vraiment au plus bas lorsqu'elles s'adressent à nous », ajoute Deanna. Shanell Mullen étaient l'une de ces personnes. Lorsqu'elle a demandé de l'aide, elle était sans abri, sans emploi, enceinte et avait une petite fille de 10 ans à sa charge. « Ils ont cru en moi alors que moi, j'avais baissé les bras », dit-elle. Aujourd'hui, elle ne vit plus à Seton House. Elle a un emploi à temps complet, une voiture et habite dans un F4 avec ses trois enfants, après avoir récupéré la garde de son second fils. « J'ai retrouvé espoir, j'ai des objectifs et des rêves. Je crois en l'avenir. » Lorsque le Frère Raymond Phillips a fondé l'association il y a 31 ans, elle ne comptait que trois appartements. Les parents célibataires ne pouvaient y séjourner que pendant 30 jours. « La durée d'hébergement a ensuite été prolongée à 90 jours, mais cela ne nous laissait tout simplement pas le temps d'aider ces familles », explique Deanna. Aujourd'hui, l'association, qui dépend presque entièrement de la générosité du public, accueille 30 familles monoparentales pendant deux ans. Même au terme de ces deux années, Seton House continue d'apporter son soutien à ses anciens résidents, grâce à un partenariat unique avec une association locale qui propose des logements à prix abordable. « Ce qui est vraiment merveilleux, c'est que nos familles sont acceptées pour qui elles sont.Beaucoup de ceux que nous aidons ont passé leur vie à entendre qu'ils n'arriveraient jamais à rien. Mais en nous apportant son soutien, INEOS leur dit clairement que ce n'est pas vrai, et qu'ils en valent la peine ». Pour Michelle Xikes, mère célibataire employée par l'entreprise WL Plastics du groupe INEOS, c'est un message très important. Elle a d'abord entendu parler de Seton House en 1997, lorsqu'elle a mis fin à une relation qui menaçait de devenir violente : « J'étais enceinte à l'époque. Heureusement, je n'ai pas eu besoin de faire appel à l'association, mais j'ai réalisé qu'il pouvait être vital d'avoir un tel refuge. » Au fil des ans, elle s'est demandé ce qu'elle pourrait faire pour aider. Elle avait récemment commencé à faire don d'articles lorsqu'elle a entendu parler du cours que l'association prévoyait de lancer : « Seton House dépend de la générosité du public, mais les dons ont été lourdement affectés par la crise de la COVID-19. Alors quand j'ai appris qu'INEOS demandait aux employés de nominer des organisations pour des subventions, le timing était parfait. Grâce au financement, le programme de mentorat pourra être lancé. » L'appel à l'aide des maisons de retraite a été entendu Le Rotary Club de Sarreguemines Francerotary-club-sarreguemines.org Alors que la COVID-19 ravageait la France, le personnel d'INEOS Polymers à Sarralbe tenait à aider par tous les moyens possibles.  « Nous avons vite réalisé que les besoins étaient immenses dans notre région », explique Georges Scherrer, qui travaille sur le site.  Les hôpitaux manquaient désespérément d'EPI pour les médecins, les infirmiers, les sages-femmes et les radiologues.  Mais le problème ne touchait pas uniquement les hôpitaux. Les maisons de retraite avaient elles aussi d'énormes difficultés à obtenir les EPI dont elles avaient besoin pour protéger leurs employés et leurs résidents du virus. « À certains endroits de la région, le taux de mortalité en maison de retraite avait augmenté de 30 % », révèle George.  Les maisons de soins avaient tout particulièrement besoin de masques de protection conformes aux spécifications de l'Organisation mondiale de la santé, mais ils coûtaient cher. Dès le lancement du Fonds communautaire INEOS, l'équipe de Sarralbe savait quelle association elle allait nominer.  Le Rotary Club de Sarreguemines, qui coordonnait la réponse collective face à la crise, a donc été invité à poser sa candidature, et a eu la bonne surprise de recevoir un don de 10 000 € du Fonds communautaire d'INEOS. « La seule protection dont ces institutions disposaient était les visières que le Rotary Club leur avait déjà distribuées », explique George. Depuis, INEOS a aussi fait don de plusieurs milliers de bouteilles de gel désinfectants pour les mains aux établissements qui en avaient besoin. « Et maintenant, nous voyons certains enfants aller à l'école avec notre gel désinfectant dans leur cartable », ajoute George. « Nous avons vite réalisé que les besoins étaient immenses dans notre région » – Georges Scherrer Une banque alimentaire sert plus de 520 000 repas Les Restos du Cœur Francerestosducoeur.org UNE BANQUE alimentaire reprend espoir grâce à l'aide du Fonds communautaire d'INEOS. Les Restos du Cœur du Jura craignaient de ne pas pouvoir nourrir les plus démunis après une chute vertigineuse des dons reçus en mars 2020, seulement 80 €, contre 8 000 € en mars 2019. « Les contraintes du confinement imposé pour freiner l'épidémie de COVID-19 nous empêchaient tout simplement de lever les fonds nécessaires », explique Georges Leneez, président des Restos du Cœur du Jura, en France. Mais la communauté avait toujours besoin de cette aide alimentaire. Sébastien Demontrond, responsable d'équipe chez INOVYN à Tavaux, avait précédemment fait du bénévolat pour l'association et savait qu'elle aurait beaucoup de mal à aider le nombre de croissant de gens dans le besoin. Il suggéra à sa direction qu'une subvention du Fonds communautaire INEOS pourrait couvrir l'achat d'un camion réfrigéré et permettre la livraison de produits frais aux familles les plus démunies. Un don de 10 000 € fut approuvé et rapidement versé. Marc Hanquet, chef des opérations à Tavaux, explique que le site, qui est aussi le plus grand employeur privé de la région, savait que son intervention pourrait faire une vraie différence :  « Nous savions que de nombreux foyers subiraient l'impact économique duCOVID-19 et seraient alors contraints de se tourner vers les Restos du Cœur. » L'année dernière, les 462 bénévoles de l'association ont servi plus de 520 000 repas à 4 320 personnes ; cette année, on s'attend à des chiffres beaucoup plus élevés. Et ce n'est pas la première fois qu'INOVYN soutient la communauté locale dans la lutte contre le COVID-19. « Nous avons fait don de masques de protection, de solutions à la Javel spécialement fabriquées par INOVYN Tavaux et de gel désinfectant au personnel soignant des environs, mais nous sommes très fiers de pouvoir faire encore plus », ajoute Marc. † « Les contraintes du confinement imposé pour freiner l'épidémie de COVID-19 nous empêchaient de lever les fonds nécessaires » – Georges Leneez, président des Restos du Cœur du Jura, en France. « La pandémie de coronavirus a entraîné des difficultés sans précédent pour tout le monde. Preuve en est, la demande en repas a augmenté de 35 %. Tous les jours, nous servons près de 400 repas à la communauté. » – Doug Smith, directeur du développement chez Light of Life Ministries INEOS aide à nourrir les plus démunis de la ville  Light of Life Ministries Amériquelightoflife.org UNE ASSOCIATION caritative, qui peinait à nourrir des centaines de sans-abri et de personnes défavorisées à Pittsburgh, aux États-Unis, a pu construire un restaurant improvisé avec l'aide du Fonds communautaire d'INEOS. Light of Life Ministries a installé une tente de 12 mètres sur 12 (avec horaires de service prolongés) pour pouvoir accueillir les gens au petit déjeuner, au déjeuner et au dîner, tout en respectant les règles de distance sociale. « Nous avons pris toutes les précautions possibles pour protéger les gens », explique Doug Smith, directeur du développement pour l'association. Comme de nombreux autres services municipaux avaient dû fermer leurs portes, l'association faisait face à une demande accrue.  « Pour les gens dans le besoin, nous étions la seule option restante, explique Doug. Beaucoup d'entre eux ont souffert de problèmes d'addiction, d'abus ou de santé mentale. Et nous avons répondu présents pour aider tous ceux dont la vie était littéralement en jeu. » Mais l'association, qui gère aussi une banque alimentaire et un abri d'urgence, où les hommes peuvent prendre une douche et passer la nuit, a pris toutes les précautions adéquates.  Elle a acheté des couverts jetables, des gants en latex, des condiments en portions individuelles et des produits nettoyants pour réduire les risques de contamination croisée. Elle a également loué des stations mobiles pour le lavage des mains et veillé au nettoyage méticuleux des aires de restauration après chaque repas. « La pandémie de coronavirus a entraîné des difficultés sans précédent pour tout le monde », dit Doug.  « La demande en repas a augmenté de 35 %. Tous les jours, nous servons près de 400 repas à la communauté. »L'association a également enregistré une hausse considérable des demandes auprès de sa banque alimentaire.  « À un moment donné, près de 40 organisations communautaires venaient chercher chez nous la nourriture qu'elles distribuaient aux centaines d'hommes, de femmes et de familles qui dépendent d'elles », ajoute-t-il.  En avril seulement, l'association a donné 22 600 kg de nourriture. Les provisions étaient également distribuées aux habitants des grandes tours d'immeubles ou à ceux qui avaient des symptômes de la COVID-19 et devaient s'isoler chez eux. Son abri d'urgence est resté ouvert tout au long de la pandémie, et il était complet toutes les nuits. L'association offrait également aux sans-abri des boissons enrichies en électrolytes et en vitamine C pour fortifier leur système immunitaire, ainsi que des toilettes portables. « On ne s'imagine pas à quel point la fermeture des toilettes publiques peut affecter ceux qui vivent dans la rue », explique Doug. Mais tout cela coûte de l'argent.  De l'argent que l'association caritative n'avait pas. Pour la soulager de cette charge financière, INEOS Composites, située à Neville Island, a coordonné un don de 10 000 $ via le Fonds communautaire INEOS. « Nous avons tout de suite pensé à Light of Life pour les subventions du Fonds, pendant la pandémie », déclare Melissa Morgan, manutentionnaire sur le site.  « Ils essaient tous les jours de venir en aide aux plus vulnérables, et les nouvelles précautions imposées par le COVID-19 leur ont vraiment compliqué la vie. » L'association caritative assure qu'elle continuera de faire tout le nécessaire pour aider les plus démunis. « Pour la mission, c'est l'occasion d'en faire encore plus », conclut Doug. Une main tendue aux enfants souffrant du cancer Kinésithérapeute en oncologie Allemagne Le Fonds communautaire INEOS a décidé de payer le plus gros du salaire d'une kinésithérapeute pour lui permettre de continuer à aider les enfants atteints du cancer. Au cours des trois dernières années, parents, médecins et amis ont réuni près de 15 000 £ pour couvrir les visites régulières de la kinésithérapeute dans le service d'oncologie pédiatrique de Mannheim, en Allemagne. « Elle organise des activités ludiques pour motiver les enfants malades à sortir de leur lit », explique le Dr Gregor von Komorowski, PDG de la campagne allemande Recherche sur la leucémie pour les enfants atteints du cancer. « Ces exercices aident les enfants à se battre contre la maladie et à réduire les effets secondaires de la chimiothérapie. » Mais l'impact négatif du COVID-19 sur les dons a privé la thérapeute de son financement. « La pandémie a considérablement affecté notre travail », ajoute le Dr Komorowski.  Pour aider l'association caritative à surmonter ces défis, l'usine INEOS Stryrolution de Ludwigshafen l'a invitée à poser sa candidature pour une subvention du Fonds communautaire INEOS.  Le Fonds communautaire INEOS a offert 10 000 € pour couvrir une partie du salaire de la kinésithérapeute, et cette somme permettra également d'acheter de nouveaux meubles pour la salle de jeu des enfants. « Nous sommes très reconnaissants à INEOS », déclare le Dr Komorowski. L'association caritative a été fondée en 1979 par les parents d'enfants atteints du cancer. « Depuis toutes ces années, notre mission n'a pas changé. Nous sommes là pour soutenir la recherche et aider les familles à faire face à une situation difficile, mais notre travail est intégralement financé par les dons ». Manuela Bleiziffer, qui travaille pour INEOS Styrolution et a aidé l'association à poser sa candidature pour la subvention, explique qu'elle est très fière de son employeur. « En temps de crise, quand on a un emploi, que tout va bien et que nos proches sont en bonne santé, on n'a pas toujours conscience de la chance qu'on a », dit-elle. « Mais ça, INEOS ne l'oublie pas et fait tout son possible pour aider les organisations qui ont dû mal à rester à flots. » Ensemble jusqu’à ce que la mort nous sépare  Hospice de Winchester Royaume-Uniwinchesterhospice.com Le site INEOS de Lyndhurst a fait don de 15 200 £ pour l'achat d'un lit d'hôpital deux personnes très spécial : un lit qui permet aux êtres chers qui résident en hospice de passer leurs dernières nuits ensemble. Cette subvention du Fonds communautaire INEOS a été versée à l'hospice de Winchester au Royaume-Uni pour couvrir le coût du lit « cuddle » (qui signifie « câlin » en anglais) : un lit d'hôpital de taille standard qui peut se transformer en lit deux personnes sur simple pression d'un bouton. « Pour les familles, ce lit fera une différence énorme », explique l'infirmière en chef, Maddy Thomson.  « Et dans le contexte actuel, recevoir une nouvelle aussi positive fait vraiment chaud au cœur. » Le lit, dont l'achat a été financé par une subvention du Fonds communautaire INEOS d'1 million de livres sterling, se trouve actuellement au Royal Hampshire County Hospice de Winchester.  Mais il sera transféré au nouvel hospice de Winchester, qui comptera 10 chambres, lorsque les travaux de rénovation du bâtiment de Burrell House seront terminés au printemps prochain. « Nous apprécions énormément le soutien d'INEOS », déclare Malcom Ace, directeur financier du Hampshire Hospitals NHS Foundation Trust.  L'importance des lits « cuddle » est clairement apparue au mois de juin, alors qu'un mari et sa femme, mariés depuis 75 ans et traités dans deux hôpitaux différents, s'apprêtaient à affronter la mort seuls, loin l'un de l'autre. « Ils recevaient tous deux des soins de fin de vie, mais leur famille ne pouvait pas leur rendre visite du fait des restrictions liées au COVID-19 », explique un porte-parole du Brecknock Hospice d'Andover, dans le Hampshire. L'hospice est parvenu à faire transférer le couple à Brecknock, où il reçoit maintenant les soins appropriés dans une chambre spacieuse, équipée d'un lit « cuddle ». l « Elle organise des activités ludiques pour motiver les enfants malades à sortir de leur lit » – Dr Gregor von Komorowski, Dr Gregor von Komorowski, PDG de la campagne allemande Recherche sur la leucémie pour les enfants atteints du cancer

11 min read
Master23.jpg

LA NAISSANCE D'UNE NOUVELLE ENTREPRISE

INEOS sait prendre des décisions rapidement. Mais celle qu'elle a prise en mars, pour répondre à la pénurie de gel désinfectant dans les hôpitaux et sites du NHS au Royaume-Uni, a finalement conduit à la naissance d'une nouvelle entreprise : INEOS Hygienics APRÈS avoir fourni des millions de bouteilles de désinfectant gratuites aux hôpitaux au printemps et à l'été, INEOS passe la vitesse supérieure. Alors que les économies tentent de redémarrer, que les entreprises s'efforcent de rouvrir et que les gens essaient de reprendre une vie normale, INEOS s'apprête à commercialiser ses nouveaux gels désinfectants de grade hospitalier auprès des consommateurs, via Amazon, en supermarché, en magasin et en pharmacie. C'est la toute première fois de son histoire qu'INEOS vend directement ses produits au grand public. La concurrence est déjà rude sur le marché, mais INEOS Hygienics est convaincue que la simplicité de ses gels, lingettes et sprays désinfectants haute pureté aura l'impact désiré. « Les gens qui ne travaillent pas dans notre industrie n'auront peut-être encore jamais entendu parler de nous, et c'est le principal défi qu'il nous faut relever », explique George Ratcliffe, le directeur des opérations. « Mais INEOS a choisi un emballage qui va droit au but. Le message qu'il transmet est simple : ce produit est conçu pour désinfecter, et il fait ce qu'il dit. » INEOS affirme que ses gels et lingettes désinfectants sont supérieurs parce qu'ils contiennent 75 % d'éthanol synthétique haute pureté de grade hospitalier, un agent virucide à l'efficacité prouvée. « Si nous pouvons aujourd’hui produire du gel désinfectant pour les mains, c’est parce qu'INEOS est le plus grand fabricant mondial d'éthanol synthétique de haute pureté, conforme à tous les normes pharmaceutiques européennes », explique-t-il. INEOS fabrique aussi de l'alcool isopropylique (IPA), l'autre ingrédient actif couramment utilisé dans les produits désinfectants. INEOS souhaite aujourd'hui développer une marque que le public associera avec fiabilité et qualité. Depuis 20 ans, INEOS fournit les ingrédients et matériaux dont les fabricants ont besoin pour produire une infinité de biens de consommation, des iPads aux produits pharmaceutiques, en passant par les voitures et les vêtements. Mais peu de gens avaient réellement conscience du rôle que joue INEOS au sein du processus de fabrication. Cependant, le COVID-19 a changé les choses : aujourd'hui, la société au sens large comprend que l'industrie chimique joue un rôle crucial dans la lutte contre cet ennemi invisible. Quand un appel de détresse a été lancé à l'industrie pour ralentir la propagation de la maladie, INEOS n’a pas hésité à décupler les capacités de production de ses sites pour répondre à une demande en produits chimiques sans précédent dans le monde entier. Pour faire face à la pénurie mondiale de désinfectant pour les mains, INEOS a construit six nouvelles usines (une au Royaume-Uni, deux en France, une Allemagne et deux aux États-Unis), chacune en moins de 10 jours. Chaque usine a été conçue pour produire un million de bouteilles de gel désinfectant pour les mains par mois, toutes fournies gratuitement aux hôpitaux les plus désespérés. Il s'agissait pour la plupart de bouteilles de 50 ml, que les médecins et les infirmiers peuvent garder dans leurs poches. Au total, INEOS a fait don de millions de bouteilles de gel désinfectant à des milliers d'hôpitaux du Royaume-Uni, d'Allemagne, de France et des États-Unis – et tous les produits étaient conformes aux spécifications de l'Organisation mondiale de la santé. L'une des deux usines françaises a largement développé ses capacités, et l'intégralité de la production de désinfectant de l'usine de Lavéra a désormais été relocalisée à Etain. « Au moment où nous avions construit l'usine de Lavéra, le coronavirus faisait des ravages en France, et surtout dans le sud du pays, explique George. C'était l'un des endroits les plus touchés. » L'usine a uniquement été mise sur pied pour assurer la production de gel désinfectant à l’échelle industrielle pendant deux mois, afin d'approvisionner les hôpitaux. « Si INEOS a pu mener à bien ce projet admirable, c'est parce que nous avions les ressources », ajoute-t-il. Aux États-Unis, INEOS Hygienics a travaillé avec Healthcare Ready pour identifier les hôpitaux en difficulté dans les régions les plus touchées.  « L'intervention d'INEOS a vraiment été incroyable parce qu'il ne s'agissait pas d'un don unique ou d'une solution à court terme », explique la directrice du programme, Sarah Baker. « INEOS a mis sur pied des usines permanentes, ce qui veut dire que le personnel soignant n'avait plus à se demander d'où viendraient les prochains stocks de gel désinfectant, et pouvait aller au travail l'esprit tranquille. » George a aussi ajouté que grâce à la nouvelle entreprise, l'Europe dispose désormais d'une source d'approvisionnement sûre, en provenance du Royaume-Uni, d'Allemagne ou de France, au lieu de dépendre des stocks chinois ou turcs. « Le COVID-19 a sensibilisé le monde entier à l'importance de l'hygiène et des produits désinfectants efficaces. INEOS Hygienics est déterminée à assurer la disponibilité de ses produits pour répondre à la hausse mondiale de la demande. » Pour plus d'informations, rendez-vous sur :www.ineoshygienics.com « Nous fournirons des produits désinfectants de grade hospitalier au grand public. Et si nous pouvons proposer les lingettes, les sprays et les gels désinfectants de la plus haute qualité qui soit, c'est parce qu'INEOS fabrique 100 % de l'éthanol de grade pharmaceutique utilisé en Europe »  – George Ratcliffe, directeur des opérations Distributeurs de gel désinfectant pour les mains INEOS a conçu deux types de DISTRIBUTEURS DE GEL DÉSINFECTANT : un pour la maison, et un pour les entreprises et les commerces. 

3 min read